Moscou réagit à la signature d’un accord entre les États-Unis et les Talibans

© AP Photo / Rahmat GulDes soldats américains en Afghanistan (photo d'archives)
Des soldats américains en Afghanistan (photo d'archives) - Sputnik France
La Russie salue la signature d’un accord entre les États-Unis et les Talibans* concernant le retrait des troupes étrangères d’Afghanistan et l’instauration de la paix dans ce pays, annonce le ministère russe des Affaires étrangères.
«La Russie salue cet événement qui marque une étape importante dans la voie de l’arrêt de la guerre et du lancement, dans les plus brefs délais, de négociations inter-afghanes à propos de l’organisation post-conflit du pays», c’est ainsi qu’a réagi la diplomatie russe à l’accord passé entre les États-Unis et les Talibans* et ce après 18 ans de guerre.

Signé le 29 février, lors d’une cérémonie solennelle à Doha, au Qatar, le document prévoit le retrait, sous 14 mois, des troupes américaines d’Afghanistan et le lancement d’un dialogue inter-afghan dès mars.

Pourquoi les USA se retirent-ils de Syrie, mais pas d’Afghanistan? - Sputnik France
Pourquoi les USA se retirent-ils de Syrie, mais pas d’Afghanistan?

Le ministère précise que Zamir Kaboulov, envoyé spécial du Président russe pour l’Afghanistan, assistait à la cérémonie de signature de l’accord en question à titre de témoin. En marge de cet événement et dans le cadre des efforts visant à contribuer à la réconciliation nationale afghane, M.Kaboulov a eu des entrevues bilatérales avec le représentant spécial des États-Unis Zalmay Khalilzad et le cofondateur des Talibans*, le mollah Abdul Ghani Baradar.

Des militaires US en Afghanistan - Sputnik France
«En aucun cas, les USA ne partiront d’Afghanistan, car ils ont des intérêts dans la région»

Et qu’en est-il de l’échange de prisonniers?

Des négociations entre les Talibans* et le gouvernement de Kaboul doivent s’ouvrir le 10 mars, après l’échange de prisonniers. Aux termes de l’accord signé à Doha, le gouvernement afghan et les États-Unis doivent libérer 5.000 Talibans*, et ces derniers, 1.000 prisonniers.

Le Président afghan, Ashraf Ghani, a toutefois déclaré dimanche 1er mars devant les journalistes:

«Il n’y a pas d’engagement à libérer 5.000 prisonniers. C’est le droit et le propre souhait du peuple d’Afghanistan. Cela peut faire partie de l’agenda des discussions intra-afghanes, mais ne peut pas être leur condition».

*Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала