Après avoir trop bu, elle se fait prendre pour une infectée au coronavirus à bord d’un avion

Après avoir demandé à ce qu’on lui apporte du paracétamol à bord d’un avion suite à une soirée alcoolisée, une étudiante a été forcée de porter un masque et a été isolée des autres passagers. À son arrivée à Londres, elle a été placée en quarantaine dans un hôtel.

Des hôtesses de l’air ont confondu la gueule de bois d’une passagère qui se trouvait sur un vol reliant Singapour à Londres, ce qui a semé la panique à bord de l’aéronef et à l’aéroport de Heathrow, relate le quotidien britannique The Sun.

Deux jeunes filles qui rentraient au Royaume-Uni depuis le Cambodge ont fait une escale bien arrosée à Singapour avant de prendre l’avion tôt le matin. Âgée de 26 ans, l’étudiante Julia Walentin, d’origine suédoise, a confié avoir bu des boissons alcoolisées avec son amie jusqu’à tard dans la nuit. Elles n’ont presque pas dormi, c’est pourquoi elle s’est sentie très mal pendant le vol.

Une demande de paracétamol

Sa demande de paracétamol au personnel de bord a provoqué l’énervement. Ils lui ont ordonné de mettre un masque et l’ont éloignée des autres passagers. De plus, des hôtesses de l’air ont pris sa température toutes les demi-heures, les relevés étant «de haut en bas».

«J'ai essayé d'expliquer que j'étais juste fatiguée et que j'avais la gueule de bois mais ils ont éloigné tout le monde dans ma rangée et m'ont obligée à m'allonger», a-t-elle déclaré au quotidien.

Après l’atterrissage, Julia a été accueillie par des médecins et des pompiers vêtus de combinaisons de protection. Tous les passagers ont été obligés de remplir des formulaires indiquant d’où ils venaient, leurs adresses et la présence de symptômes.

«J'étais tellement gênée. Tout le monde était agacé d'avoir été retenu dans l'avion. Ils savaient que c'était à cause de moi», a-t-elle commenté.

Placée en quarantaine

La jeune fille a avoué que les gens mettaient des doubles masques parce qu'ils pensaient qu’elle avait attrapé le coronavirus. Après avoir rempli son formulaire, Julia a été emmenée dans un hôtel situé près de l’aéroport, où elle a passé 14 jours en quarantaine.

Lorsqu’elle passait des commandes, elle devait attendre une minute avant d’ouvrir la porte après avoir entendu trois coups. 

Finalement, elle a réussi à convaincre ses colocataires de quitter son appartement pour pouvoir s’isoler. Elle a subi des tests dont les résultats sont encore inconnus.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала