Idlib: le Kremlin rejette les accusations d’une commission de l’Onu

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Aller dans la banque de photosLe Kremlin de Moscou
Le Kremlin de Moscou - Sputnik France
Pointant le fait que les enquêteurs de l’Onu «ne peuvent pas recevoir d'informations fiables concernant ce qui se passe sur le terrain», le Kremlin a démenti avoir joué un rôle dans les crimes de guerre commis en Syrie.

Moscou a rejeté les allégations d’une commission d’enquête de l’Onu qui avait dénoncé ses bombardements dans le gouvernorat d’Idlib.

Le rapport publié lundi couvre la période allant de juillet 2019 au 10 janvier 2020 et évoque des victimes civiles dans certaines localités de cette région syrienne.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné que ces déclarations avaient été faites, seulement un ou deux jours après le début de l’offensive terroriste sur des positions de l’armée syrienne à Idlib. C’est pourquoi «aucune commission n’aurait pu obtenir d’informations fiables concernant ce qui se passe sur le terrain», a-t-il expliqué.

Il a noté que le rapport ne prend pas en compte les hostilités commises par les terroristes dans le gouvernorat, ces conclusions ne pouvant donc pas être objectives.

«Sans aucun doute, les offensives de groupes terroristes n’y sont pas évoquées, ce qui rend les jugements de cette commission partiales», a-t-il noté.

La Russie en Syrie

Le groupe aérien des forces aérospatiales russes en Syrie a été formé en 2015, suite à la demande de Bachar el-Assad d’accorder de l’aide à son pays. Selon l’accord conclu entre les deux États, des unités militaires russes sont déployées en Syrie pour une durée illimitée.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала