Le Drian sur les migrants: «le chantage» de la Turquie sur l'Europe est «absolument inacceptable»

© AP Photo / Francisco SecoJean-Yves Le Drian
Jean-Yves Le Drian - Sputnik France
La position de la Turquie en ce qui concerne la question des migrants est un «chantage» qui est «absolument inacceptable», selon le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a qualifié de «chantage» les menaces de la Turquie en ce qui concerne les migrants suite aux déclarations du Président turc qui a promis «des millions» de personnes qui bientôt voyageront en Europe après que la Turquie a ouvert ses frontières.

«L'usage par la Turquie des migrants comme moyen de pression et de chantage sur l'Europe est absolument inacceptable», a-t-il déclaré à l'Assemblée nationale.

Turquie - Sputnik France
La Turquie renonce au milliard d'euros supplémentaire de l'UE pour les migrants
De plus, il a reproché à Ankara le fait d'avoir instrumentalisé «les réfugiés et migrants déjà présents sur son territoire».

La déclaration du Président turc

En s’adressant aux pays européens, Recep Tayyip Erdogan a affirmé que «vous allez prendre votre part du fardeau», avant de préciser que «la période de sacrifice unilatérale de la Turquie à l’égard des réfugiés est terminée».

«Nous avons promis d’ouvrir les portes [aux migrants, ndlr], mais ils [les pays européens, ndlr] ne nous ont pas pris au sérieux. Lorsque les portes ont été ouvertes, ils ont commencé à téléphoner chaque minute. Tout est fini. Vous allez prendre votre part du fardeau», a lancé Recep Tayyip Erdogan, cité par le journal Hürriyet.

En outre, il a également promis «des millions» de migrants qui vont voyager en Europe.

«Depuis que nous avons ouvert les frontières, le nombre de réfugiés voyageant en Europe a atteint des centaines de milliers. Ce nombre atteindra bientôt des millions», a-t-il fait savoir, selon l'agence Anadolu.

Ouverture des frontières

Suite à l'aggravation de la situation dans le gouvernorat syrien d’Idlib, la Turquie a ouvert ses frontières avec l'Union européenne en affirmant qu'elle ne pouvait plus contenir les flux de migrants.

Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
Crise migratoire en Grèce: «La seule arme d’Erdogan, c’est l’arme des réfugiés»

Cette déclaration a été faite malgré l'accord conclu en 2016 entre Ankara et Bruxelles aux termes duquel le gouvernement turc s'était engagé à lutter contre les passages illégaux alors que l'UE aidait financièrement la Turquie.

Depuis, Ankara a affirmé que 76.000 migrants étaient déjà passés en Europe, tandis que la Grèce a assuré qu’aucun n’avait pu entrer et que 15.500 d’entre eux étaient bloqués à la frontière.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала