Elle tue son fils pour partir en vacances et écope de 33 ans de prison en Croatie

Désireuse de passer un séjour en Macédoine avec son nouveau compagnon, une trentenaire a tué en Croatie son fils de 3 ans à l’aide d’une complice de 15 ans avant de tenter de faire croire à une disparition. La justice croate l’a condamné à 33 ans de prison en dernière instance.

Une mère célibataire a été condamnée en appel à 33 ans de prison en Croatie pour l’assassinat en mai 2017 de son enfant de 3 ans. La cause: elle voulait partir en vacances en Macédoine avec son nouveau compagnon, a informé le 26 février le portail local Telegram.

Une fille de 15 ans est également impliquée. Selon l’enquête, elle a maintenu un oreiller sur le visage de la victime tandis que sa mère lui tenait les bras et les pieds. Après la mort de l'enfant, la mère s'est débarrassée du corps dans une rivière à Pula, sur la péninsule de l'Istrie.

Elle a ensuite signalé à la police la disparition de son fils, affirmant l'avoir vu pour la dernière fois sur une aire de jeux. Mais les autorités ont eu des doutes. Et après plusieurs heures d'audition, la femme a reconnu avoir tué son fils, indiquant aux enquêteurs où elle avait jeté le corps. À la lecture du verdict lors de son premier procès, la trentenaire est restée impassible.

Elle juge la décision injuste

Météorite - Sputnik France
Une météorite explose en plein jour dans le ciel croate – vidéo
Condamnée à 33 ans de prison et à deux ans d’hôpital psychiatrique en première et deuxième instance, l’intéressée a formé un pourvoi en cassation, jugeant la décision injuste, car deux témoins n'avaient pas été interrogés, à savoir deux médecins qui étaient censés témoigner de sa maladie, élément important pour déterminer son état mental lors du meurtre.

Cependant, la Cour suprême de la République de Croatie a décidé de maintenir la peine compte tenu de la planification, de la persistance et de la cruauté du meurtre commis par l’accusée.

La complice de la femme a écopé d'une peine de trois ans dans un centre de détention pour mineurs à Pozega, dans l’est du pays.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала