Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un journaliste percuté par un fourgon de police à Nantes – vidéo

© AFP 2021 GEOFFROY VAN DER HASSELTPolice (image d'illustration)
Police (image d'illustration) - Sputnik France
S'abonner
Percuté le 29 février à Nantes par un véhicule de police lors du 68e acte des Gilets jaunes, un journaliste de RT compte porter plainte pour continuer d’attirer l’attention sur les violences policières.

Un journaliste indépendant couvrant une manifestation pour RT a été victime de violences policières le 29 février à Nantes lors de la 68e mobilisation des Gilets jaunes. Une vidéo filmée par le media AB7 a été publiée sur les réseaux sociaux.

​La séquence montre un journaliste être d’abord poussé par un policier cagoulé qui le fait ensuite reculer. Puis un fourgon de police le percute à faible vitesse. C’est alors qu’un des agents à bord du véhicule crie: «Vous nous cassez les co*illes, les journalistes».

Plus tard dans la vidéo, un témoin est pris à partie par un policier sans raison apparente. L’homme reçoit plusieurs coups avant d’être jeté à terre. L’agent cagoulé repart sans l’interpeller.

La version de la victime

Contacté par CheckNews, Jonathan Moadab, le journaliste percuté, a expliqué: «C’était la fin de la manifestation. À l’arrivée du fourgon de police, les mecs en tête de cortège ont crié "dispersion", puis ils ont commencé à courir dans la ruelle».

«Le policier en civil arrive vers moi, avec une cagoule, une matraque à la main. J’ai tout de suite voulu obtempérer en reculant, et je ne comprenais pas pourquoi il continuait à me repousser, alors que je n’étais plus du tout dans leur périmètre. J’ai soudainement entendu quelque chose derrière moi, juste avant de me faire percuter, c’est pour ça que je me retourne juste avant que le camion ne me percute», raconte le journaliste.

Des policiers dans les rues de Paris le 29 février 2020 - Sputnik France
Acte 68 des Gilets jaunes: à Paris, deux rassemblements prévus
En outre, il assure au média qu’il portera plainte au commissariat. «Je vais voir avec les policiers comment on peut qualifier ça. Je ne me fais pas d’illusions sur l’issue de la plainte, mais c’est pour marquer le coup».

Un syndicat policier parle de «pichenette»

Du côté du syndicat policier Synergie-Officiers, on qualifie cette percussion par un véhicule de police d’«involontaire».

​Quant au témoin agressé, Jonathan Moadab et une vidéaste de AB7 Media affirment qu’il s’agit d’un manifestant qui est reparti libre.

«On l’a posé ensuite sur une chaise d’un café parce qu’en tombant, il s’était fait mal au poignet», a indiqué la vidéaste.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала