Chute vertigineuse des bourses européennes, le prix du Brent s'effondre aussi

Les Bourse européennes ont plongé de 8 à 10% immédiatement après le début de la conférence de presse de Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, qui a décidé de ne pas changer ses taux directeurs face à la crise du coronavirus.

La chute des Bourses européennes s'est brusquement accélérée jeudi 12 mars en début d'après-midi après les mesures annoncées par la Banque centrale européenne visant à soutenir l'économie européenne fragilisée par la pandémie de coronavirus.

Puits de pétrole (image d'illustration)
 - Sputnik France
Pétrole: une guerre des prix peut-elle mener à la crise de l’Opep +?
La Bourse de Paris a perdu près de 8%. Vers 14H00 (13H00 GMT), le CAC 40 lâchait 364 points à 4.245,66 points dans un volume d'échanges très élevé de 4,4 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, l'indice phare parisien s'est effondré de près de 29%.

La Bourse de Francfort a sombré, le Dax perdant 10,4%. À 13H45 GMT, l'indice vedette perdait 1.090 points à 9.347,78 tandis que le MDax des valeurs moyennes plongeait de 10,06% à 20.361,06 points. Depuis le début de l'année, le Dax a perdu près de 30%.

Le prix du pétrole s'effondre

Les cours du pétrole sont aussi violemment repartis dans le rouge, la suspension pour un mois des vols de l'Europe vers les Etats-Unis signifiant une baisse drastique de la consommation d'or noir, déjà en berne.

Vers 13H50 GMT le prix du baril de brut américain WTI lâchait 7,31% à 30,57 dollars et celui du baril de Brent londonien 7,07% à 33,26 dollars.

«Considérable aggravation» des perspectives de croissance

La Banque centrale européenne a constaté une «considérable aggravation des perspectives de croissance à court terme» en zone euro, en raison de l'impact de l'épidémie de coronavirus, a déclaré jeudi sa présidente, Christine Lagarde.

Employes of Aramco oil company work in Saudi Arabia's Khurais oil processing plant on September 20, 2019 - Sputnik France
La «guerre de l’or noir» compte deux nouveaux participants qui ont baissé leurs prix
Non seulement l'épidémie affecte les chaînes d'approvisionnement, «perturbant les plans de production dans le secteur manufacturier», mais «les mesures nécessaires de confinement» bouleversent bien plus largement l'activité, a souligné Mme Lagarde.

L'institution a toutefois lancé un programme de prêts pour soutenir les PME les plus touchées par l'épidémie de coronavirus, et compte acheter 120 milliards d'euros de dette publique et privée supplémentaire d'ici la fin de l'année, indique l'AFP.

La réaction a été tout aussi brutale sur le marché de la dette. Les investisseurs se détournant des actifs risqués, le taux à dix ans italien remontait en flèche, tandis que son pendant allemand, le «Bund», considéré comme valeur refuge, s'enfonçait.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала