Le télétravail, meilleur antivirus contre le Covid-19?

Alors que le coronavirus, s’étend inexorablement depuis décembre 2019 sur tous les continents, les pouvoirs publics élaborent divers scénarios d’endiguement de la pandémie. L’un d’entre eux pourrait cependant aider considérablement à ralentir sa propagation: le télétravail, même si les mentalités y sont encore rétives.

La rapide propagation à partir de Wuhan, en Chine, du coronavirus SARS-CoV-2, plus connu sous le nom de la maladie qu’il provoque, le Covid-19, l’a démontré: la mondialisation n’est pas que celle des hommes et des capitaux, mais aussi des agents infectieux. Face à ce que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a qualifié le 11 mars de «pandémie», il n’y a pas de solution miracle.

Bruno Le Maire - Sputnik France
Le Maire prédit un impact du coronavirus sur la croissance française de plusieurs dixièmes de points de PIB
S’il est admis que de se laver régulièrement les mains avec du savon, d’éviter tout contact cutané, d’éternuer dans son coude et de porter un masque en cas d’infection –y compris si le porteur est sain– sont des mesures basiques nécessaires pour ralentir la diffusion du virus, celle du confinement est tout autant recommandée. Car la viralité du coronavirus (R0) est bien supérieure à celle de la grippe saisonnière (entre 1,5 et 3,5 contre 1) avec un taux de contagion qui sera certainement réévalué à la hausse, selon les professionnels de santé.

D’où la décision radicale de certaines sociétés de pousser un maximum de collaborateurs vers le télétravail, tant d’un point de vue curatif, dès la survenance de la maladie chez un membre du personnel, que préventif, afin d’éviter toute intrusion du virus au sein de l’espace de travail.

Pour endiguer le coronavirus: hygiène et confinement

Tel est par exemple en France le cas de l’entreprise pharmaceutique alsacienne Merck-Molsheim où, dès l’apparition du premier cas au sein de l’entreprise, décision fut rapidement prise de faire passer tous les postes qui le pouvaient en télétravail.

Ce fut aussi la politique de plusieurs sociétés américaines du Nasdaq d’inciter ses employés à œuvrer depuis chez eux (Apple, Google ou encore Twitter, pour ne citer que les plus importantes, ont communiqué en ce sens). Le quotidien financier Bloomberg n’a d’ailleurs pas hésité à qualifier cette période de «plus grande expérience mondiale du travail à distance».

Coronavirus en France - Sputnik France
Le coronavirus commence à affecter la vie quotidienne des Français
Prenant acte que le vivre-ensemble est désormais le premier vecteur de maladie, le télétravail s’impose de facto dans de nombreuses organisations privées et publiques, du moins dans le secteur tertiaire ou les postes tertiarisés.

La problématique de l’efficacité de ce moyen de production repose sur deux questionnements préalables: pour qui et pour quoi? Car dématérialiser peut aussi être un fardeau pour celui qui le subit et non le réclame: suite au passage au télétravail, des cas de dépression ont été constatés pour cause d’assimilation à de la «placardisation» et d’absence d’interactions sociales.

Pandémie de coronavirus, «la plus grande expérience mondiale de télétravail»

Ensuite, tout dématérialiser n’est pas possible: il y a tout un éventail de services qui impose malgré tout une assistance physique pour ne pas enrayer la production. De manière plus insidieuse, la communication électronique peut générer des incompréhensions (surtout entre utilisateurs d’âge différents). Enfin, l’entreprise ou l’administration pourrait être tentée de faire supporter des coûts (abonnement Internet, chauffage, outil de communication, repas du midi, etc.) au salarié ou au fonctionnaire.

Pour autant, les bénéfices sont attestés, comme le rappelle le magazine Stratégies: temps de trajet réduit, moindre distraction par les collègues, baisse du stress, autonomie et responsabilisation renforcée du travailleur, meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Ajoutons qu’au niveau environnemental, il en résulte une moindre consommation de carburants, donc un moindre rejet de polluants et de gaz à effet de serre. En situation de pandémie, comme à l’heure actuelle, relevons la moindre exposition au risque épidémiologique –ou de diffusion de celui-ci– d’où moindre absence pour cause de maladie du personnel.

Le télétravail, un droit et non un privilège

Enfants - Sputnik France
Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Épisode IV: les suites bureautiques
Un nombre croissant d’entreprises et d’administrations convertissent tout ou partie de ses employés à ce mode de fonctionnement, convaincues par ses effets bénéfiques, dont en premier lieu la hausse de la productivité. Au fil de sa progression, le télétravail écorne sensiblement le dogme de l’open-space comme lieu d’optimisation des ressources humaines et met en exergue le rôle de toute organisation à se considérer comme une crèche pour grands enfants. Le tout étant de bien définir son application selon chaque poste de travail et de modifier sa perception afin qu’il soit enfin considéré comme un droit et un atout entrepreneurial et non comme un privilège. Il est à ce sujet mieux encadré que par le passé, comme en France dans le Code du travail, les articles L1222-9 et suivants depuis 2018 qui impose l’information et l’acceptation éclairée sur les conditions de celui-ci tout en réglant l’épineuse problématique de la qualification d’accident de travail.

L’épidémie pourrait-elle accélérer cette prise de conscience et ce basculement? Elle favorise pour l’heure son essor et il y a fort à parier que nombre de télétravailleurs se convertiront à son usage.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала