Un Tunisien en auto-quarantaine a tenté de regagner la France dans un vol de rapatriement depuis Tunis

CC BY 2.0 / Jorge Franganillo / Tunis-Carthage International AirportTunis-Carthage International Airport | Aéroport International de Tunis-Carthage
Tunis-Carthage International Airport | Aéroport International de Tunis-Carthage  - Sputnik France
La police aux frontières de l’aéroport de Tunis a interpellé un Tunisien résidant en France alors qu’il tentait de prendre un vol de rapatriement de ressortissants français. En effet, il enfreignait la période d’isolement sanitaire obligatoire à toute personne entrée sur le territoire en provenance de l’étranger, rapporte Mosaïque FM.

Des sources sécuritaires de l’aéroport Carthage de Tunis ont informé Mosaïque FM de l’arrestation d’un Tunisien qui tentait d’embarquer à bord d’un avion pour la France, son lieu de résidence, pour violation de la période de mise en auto-quarantaine obligatoire pour toute personne en provenance de l’étranger en raison de la pandémie du coronavirus. Depuis quelques jours, les arrestations se succèdent dans le pays contre les personnes qui contreviennent aux consignes d’hygiène décidées par les autorités.

Vue Aérienne de la banlieue nord de Tunis - Sputnik France
Coronavirus en Tunisie: l’ambassadeur de Chine fait don d’une bonne partie de son salaire pour aider le pays
Ainsi, le média précise que le mis en cause, originaire de la ville de Kef, dans le nord-ouest du pays, a tenté de regagner la France à bord d’un vol de rapatriement de ressortissants Français.

Les sanctions encourues

Le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh a signé lundi 16 mars un décret publié le jour même dans le journal officiel instituant des sanctions à l’encontre de toute personne contaminée ou soupçonnée de l’être refusant de se conformer aux consignes médicales.

Coronavirus en Honduras - Sputnik France
Сoronavirus au Maghreb: quel est le pays le plus touché?
Les contrevenants risquent, comme la loi le prévoit, une peine d’un à trois ans de prison ferme, assortie d’une amende de 100 à 500 dinars (32 à 158 euros). Les personnes qui quittent à leur charge les établissements sanitaires après avoir été hospitalisées d’office risquent quant à elles des peines de un à six mois de prison.

Afin de contenir la propagation de l’épidémie, le Président de la République Kaïs Saied a pris le 17 mars la décision d’instaurer un couvre-feu de 18h et 6h à partir du lendemain.

Le dernier bilan officiel du ministère tunisien de la Santé en date du jeudi 19 mars fait état de 39 cas de contamination au coronavirus dans le pays.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала