Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un confinement «allégé» dans les banlieues pour éviter un embrasement, selon Le Canard enchaîné

© AFP 2021 THOMAS SAMSONLa commune de Saint-Denis
La commune de Saint-Denis  - Sputnik France
S'abonner
À en croire le Canard enchaîné, le ministère de l'Intérieur ainsi que plusieurs préfets ont «relâché la pression» face au régime de confinement qui n'est pas toujours respecté dans les cités, certains trouvant même «une vertu au maintien de l'ouverture des commerces de nuit».

Les restrictions de déplacements sont régulièrement violées dans l’ensemble des banlieues, affirme le 25 mars Le Canard enchaîné.

​Le média dit que l’existence du problème dans les cités a été signalé le 22 mars par une cellule interministérielle. Cependant, Laurent Nunes, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, a refusé d'insister sur leur strict respect, poursuit la source.

«Ce n’est pas une priorité de faire respecter dans les quartiers les fermetures des commerces et de faire cesser les rassemblements», aurait-il déclaré lors d’une visioconférence organisée avec les préfets.

La vie commerciale continue

Cette approche a été approuvée par Pascal Mailhos, préfet de la zone Sud-Est et ancien directeur des Renseignements généraux, rapporte le journal, qui estime que ce n’est pas le moment de réveiller les banlieues en se montrant trop rigide. Et son homologue du Nord d’ajouter que l’ouverture des commerces pendant la nuit est importante, car «ils exercent une forme de médiation sociale».

La police municipale française - Sputnik France
Le 93 obtient «la palme» du non-respect du confinement, des renforts de police envoyés sur place
La raison pour laquelle les autorités optent pour un régime allégé du confinement est le manque d’effectifs pour assurer les contrôles, affirme Le Canard enchaîné. Comme 25 cas d’infection ont été enregistrés dans les rangs des gendarmes, 5.000 policiers ont été isolés, dont une centaine sont malades, l’Élysée préfère transférer ces compétences aux maires. Pour remédier à ce problème, la possibilité de mise en place d’un dispositif Sentinelle est actuellement étudiée, précise l’hebdomadaire.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала