Des producteurs de pétrole US prêts à payer pour se débarrasser de stocks

© Sputnik . Alexandre Melnikov / Aller dans la banque de photosUn puits de pétrole (image d'illustraiton)
Un puits de pétrole (image d'illustraiton) - Sputnik France
Aux États-Unis, la demande de pétrole a chuté à un tel niveau que certains producteurs sont prêts à payer pour se débarrasser de leurs stocks, rapporte Bloomberg.

À cause d’une demande extrêmement basse en or noir en pleine pandémie de Covid-19, certaines sociétés américaines ont dû imposer des prix négatifs à leurs produits, afin de minimiser les pertes, relate Bloomberg.

Gazoduc Nord Stream - Sputnik France
La Pologne prête à aider les USA dans leur «confrontation avec la Russie» en matière énergétique
La société Wyoming Asphalt Sour a ainsi été la première à mettre un prix négatif sur ses matières premières principalement utilisées lors de la production de bitume. À la mi-mars, un autre producteur outre-Atlantique, Mercuria Energy Group, était prêt à payer 19 cents pour chaque baril de pétrole brut retiré de ses lieux de stockage.

La demande de pétrole a chuté à tel point que certains producteurs se sont décidés à vendre à perte.

«Dans les zones où le stockage se remplit rapidement, les prix pourraient devenir négatifs. Des fermetures peuvent avoir lieu d'ici là», a expliqué Elisabeth Murphy, analyste énergétique, citée par Bloomberg.

L’échec de l’OPEP+

Puits de pétrole (image d'illustration)
 - Sputnik France
Pétrole: une guerre des prix peut-elle mener à la crise de l’Opep +?
La pandémie de Covid-19 a fait baisser la demande d’or noir un peu partout dans le monde. Dans cette optique, début mars, les plus grands producteurs de pétrole, les pays de l'OPEP+, ont échoué à se mettre d'accord sur des coupes supplémentaires de la production pétrolière. Ils n’ont pas non plus réussi à s’entendre sur la prolongation de l’accord existant.

Alors que la Russie a proposé de maintenir les conditions actuelles, l'Arabie saoudite s’est prononcée pour une réduction immédiate de la production. Par conséquent, à partir du 1er avril, il n'y aura plus aucune restriction concernant les volumes de production de pétrole.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала