Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Au Maroc, des entreprises veulent relever le défi de fabriquer 80 millions de masques

S'abonner
Certifiées par l’Institut marocain de normalisation, deux entreprises de production de tissus se sont lancées dans la fabrication de masques de protection, informe L’Économiste. Elles tablent, avec huit autres entreprises en attente des certifications, sur un objectif de production de 80 millions d’unités.

En pleine crise sanitaire au Maroc en raison de l’épidémie du Covid-19, alors que le pays connaît comme de nombreux autres dans le monde une pénurie de masques de protection, des entreprises de l’industrie du textile se mobilisent pour pallier le manque, voire faire en sorte que le royaume chérifien devienne autosuffisant, indique le site d’information L’Économiste.

La ville de Tanger, vue de la mer - Sputnik France
La «blague» faite par quatre jeunes filles au Maroc sur le Covid-19 risque de leur coûter cher
Ainsi, le média informe que deux entreprises privées ont déjà commencé la production après avoir reçu le feu vert de l’Institut marocain de normalisation (IMANOR) qui leur a délivré des certifications d’une durée d’un mois. Il s’agit des sociétés Micagricol à Casablanca et IKS à Marrakech.

L’Économiste fait savoir que Micagricol, qui s’est convertie depuis une semaine, arrive à fabriquer 500.000 masques par jour, et peut-être bientôt 800.000 unités.

Par ailleurs, huit autres entreprises qui ont l’intention de se reconvertir visent, avec les deux premières certifiées, un objectif de production de 80 millions de masques. De quoi rendre le pays autosuffisant.

Au Maroc - Sputnik France
Un Français et son guide touristique seraient décédés du Covid-19 au Maroc
Le prix unitaire de vente d’un masque sera d’un dirham (neuf centimes d’euro). Ils seront vendus sous forme de paquets de 10 ou de 50 unités.

D’autres entreprises en attente de certification

Malgré l’urgence, les autorités marocaines ne se laissent pas aller à la facilité. Elles imposent un cahier des charges strict aux entreprises désireuses de se convertir à la fabrication de masques de protection.

En effet, «les masques barrières doivent répondre à un certain nombre de caractéristiques», précise à L’Économiste un responsable d’IMANOR. «Ils doivent surtout limiter la projection de gouttelettes de l’usager potentiellement atteint de coronavirus sur son voisinage», explique-t-il, ajoutant qu’ils doivent «protéger contre toute attaque externe sans gêner la respiration».

Alger - Sputnik France
L'Algérie va attaquer France 24 en justice pour des «propos haineux» et convoque l'ambassadeur de France
Situation au Maroc

Dans un communiqué rendu public ce jeudi 2 avril, le ministère marocain de la Santé indique que 607 cas de contamination au coronavirus sont pris en charge dans les hôpitaux. 40 personnes sont décédées et 29 ont guéri. La distribution régionale montre que les régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Fès-Meknès concentrent plus de 60% des cas de contamination au coronavirus recensés au Maroc.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала