Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des infirmières marseillaises reçoivent des surblouses «défectueuses» qui se déchirent au moindre contact – vidéo

S'abonner
Des infirmières de l’AP-HM (Hôpitaux de Marseille) ont démontré via des vidéos la fragilité des surblouses récemment reçues. En effet, lorsqu’elles les enfilent, ces vêtements censés les protéger se déchirent très facilement. La direction de l’AP-HM a évoqué du matériel «défectueux» qui sera «immédiatement remplacé».

Après la pénurie de masques et de médicaments, des surblouses s’avèrent inutilisables. Cela semble être pris avec humour, mais c’est bien un cri de détresse qu’a lancé le personnel soignant de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Deux vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des infirmières essayer les nouvelles blouses qu’elles sont censées porter pour traiter les patients atteints du Covid-19.

Dans ce premier extrait, une employée de l’AP-HM enfile une surblouse dont les manches se sont déchirées dès le premier contact, ce qui laisse à penser que la qualité du matériel est pour le moins médiocre. «Voilà comment je vais rentrer dans une chambre Covid», lance-t-elle ensuite, alors que sa «protection» est trouée de toutes parts.

Même constat du côté de l’hôpital Timone, toujours à Marseille, où au moins trois soignantes essaient leurs nouvelles blouses qui tombent très rapidement en lambeaux.

Doctors speak outside a tent used as a waiting room for people with COVID-19 symptoms at the Tenon hospital in Paris on Thursday, March 26, 2020. - Sputnik France
«Faute de charlottes, on met des slips jetables sur nos têtes»: une interne en gériatrie face à la pénurie de matériel

Il s’agit de surblouses défectueuses, a indiqué la direction de l’AP-HM, contactée par France Bleu, assurant que l’équipement du personnel est régulièrement contrôlé. Elle rappelle que 5.000 surblouses sont utilisées quotidiennement par les hôpitaux de Marseille et que «les contrôler toutes une par une est donc impossible».

La direction a également assuré que ce matériel n’allait pas être utilisé et «immédiatement remplacé». Une enquête sera ouverte pour faire la lumière sur la provenance de ces protections trop fines.

Réutiliser les blouses à usage unique

Pour faire face au manque de matériel, tous les moyens sont désormais permis. Un message d’alerte rapide sanitaire (Mars) envoyé vendredi 3 avril par la Direction générale de la Santé (DGS) invitait à réutiliser les blouses à usage unique. Le document affirme en effet que «le retraitement des surblouses à usage unique imperméables à manches longues est acceptable à condition de faire l’objet d’un circuit spécifique».

La consigne a été validée par la Société française de l’hygiène hospitalière (SF2H). Contacté par CheckNews (Libération), son président a affirmé que de telles blouses imperméables pourraient «résister à deux lavages, voire trois». Il a également indiqué que celles souillées ou tachées n’allaient pas être réutilisées, tout comme celles trop fines qui ne résisteraient pas au lavage.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала