Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Prêt à livrer 15 millions de masques, l’initiative d’un chef d’entreprise français bloquée par les autorités

© AFP 2021 OLI SCARFFCoronavirus
Coronavirus - Sputnik France
S'abonner
Alors que l’épidémie persiste en France, provoquant un manque important de masques, un entrepreneur de l’Essonne a adapté son appareil de production pour en livrer près de 15 millions par mois. Sauf que son initiative a déjà buté contre plusieurs obstacles.

Face à la pénurie de masques, Laurent Chatin, PDG de Damiron, société spécialisée dans la papeterie médicale, a voulu se rendre utile, affirmant être en capacité d'en produire des millions. Tous, affirme-t-il, respectent les normes de l’Afnor. Mais voilà, son initiative s’est heurtée à une série d'obstacles de la part d'administration, raconte le magazine Capital.

«J’avais des machines, un savoir-faire. Il me semblait naturel d’en faire profiter le pays», explique Laurent Chatin.

Il assure avoir adapté son appareil de production pour une livraison mensuelle de près de 15 millions de masques au prix de 50 centimes pièce. Son produit, à la forme d’un cône en papier de fort grammage, est livrable en kit, jetable et recyclable, confie-t-il. Il s’adapte facilement aux différentes formes de visages et intercepte la plupart des postillons grâce à l’épaisseur du papier.

Cependant, après avoir présenté six prototypes à la Direction générale de l’armement (DGA), il a reçu une réponse négative, car selon l’administration, les masques ne collaient pas assez bien au visage.

«Ils n’avaient pas compris que c’était un kit et qu’il fallait fixer l’attache!», s’indigne Laurent Chatin.

Il demande alors un nouveau test, en vain. Il n’obtiendra aucune réponse.

Un second refus

Porte avions Charles-de-Gaulle - Sputnik France
Au moins 50 cas positifs au coronavirus confirmés à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle
Après s’être adressé à l’Apave, principal organisme privé de certification, sur le conseil de la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher, il essuie un autre refus. La cause: son masque jetable et à usage unique n’est pas lavable. «Cela n’entre pas dans notre procès», précise l’institution.

Au bout d’une semaine et plusieurs tentatives, il envoie le 7 avril un mail au directeur général de l’Apave qui aurait accepté de faire avancer les choses, le laissant espérer que les masques pourraient être enfin testés.

Selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles le 9 avril, la France recense plus 12.000 décès et 86.000 personnes testées positives au coronavirus.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала