Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un homme en réanimation après s’être auto-administré de la chloroquine

© AFP 2021 GERARD JULIENChloroquine
Chloroquine - Sputnik France
S'abonner
Un homme se trouve actuellement en réanimation, à l’hôpital privé Jacques Cartier de Massy, après s’être auto-traité à la chloroquine, dans le cadre de l’épidémie de Covid-19. Un traitement de plus en plus demandé, selon les spécialistes.

Un homme de 42 ans a été admis en réanimation à l’hôpital privé Jacques Cartier, en région parisienne, après avoir pris de la chloroquine de son propre chef, rapporte 20 Minutes ce vendredi 10 avril.

L’individu avait été testé positif au virus, mais ne présentait pas de symptômes graves. Il a alors choisi de s’auto-administrer de la chloroquine, ce qui a eu pour effet de déclencher chez lui des troubles cardiaques.

«Il est arrivé aux urgences en fibrillation ventriculaire. Quasiment en arrêt cardiaque. Il a été intubé, ventilé et admis en réanimation. Si j’en parle aujourd’hui, c’est pour alerter sur les dangers de la chloroquine. Ce n’est pas un médicament anodin. Il ne faut pas en prendre sans l’avis d’un médecin!», indique à 20 Minutes François Auquière, directeur de l’hôpital.

Un traitement très demandé

Le patient était «stabilisé», bien que toujours dans un «état critique» jeudi 9 avril au soir, rapporte encore 20 Minutes. La chloroquine, traitement antipaludéen préconisé par le professeur Raoult contre le coronavirus, est de plus en plus demandée dans les services de soin, à en croire les spécialistes.

«L’impact médiatique de la chloroquine est assez dingue. La première chose que les patients demandent en arrivant ici pour une suspicion de coronavirus, c’est s’ils vont en avoir. […] Nous en prescrivons un peu selon des critères stricts. Car on n’est absolument pas certains pour l’instant des bénéfices de la molécule», déclare ainsi à 20 Minutes Bertrand Devaux, chef de l’unité Covid-19 au CHU de Montereau-Fault-Yonne.

Ce vendredi 10 avril, l'Agence du médicament (ANSM) a émis «un signal de vigilance important» concernant la chloroquine, mettant en particulier en garde les patients souffrant de fragilités cardiaques.  

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала