Les Iraniens devenus chômeurs en raison du coronavirus recevront une partie des salaires des officiers

© REUTERS / WANA NEWS AGENCYVue sur des lits destinés aux malades du Covid-19, dans un centre commercial à Téhéran, capitale iranienne
Vue sur des lits destinés aux malades du Covid-19, dans un centre commercial à Téhéran, capitale iranienne - Sputnik France
Les Iraniens qui se sont retrouvés au chômage à cause de l’épidémie de coronavirus pourront toucher une partie des salaires des commandants du Corps des Gardiens de la révolution islamique, a annoncé son porte-parole Ramezan Sharif, cité par Tasnim. Ils offriront chacun 20% de leur rémunération mensuelle jusqu’à la fin de la crise.

Les commandants du Corps des Gardiens de la révolution islamique vont donner 20% de leur salaire aux personnes ayant perdu leur travail en raison de l’épidémie de coronavirus, a déclaré le porte-parole de l’organisation paramilitaire, Ramezan Sharif, cité par l’agence Tasnim.

Donald Trump - Sputnik France
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Il a annoncé que les commandants de l’état-major participeront à cette action baptisée «aide pieuse» afin d’aider à financer une partie des besoins de leurs compatriotes sans emploi à cause du coronavirus, d’après l’agence.

Les versements mensuels auront lieu jusqu’à ce que la crise sanitaire soit terminée en Iran. Cette déclaration survient après que le guide suprême du pays, Ali Khamenei, a pointé du doigt la nécessité d’aider les personnes démunies pendant le mois du Ramadan.

Situation en Iran

Près de six milliards d’euros, soit 20% du budget du pays, ont déjà été consacrés à l’aide aux personnes contaminées. En outre, l’ayatollah Ali Khamenei a donné le feu vert à l’exécutif pour le déblocage d’un milliard d’euros supplémentaire sur le fonds souverain du pays. Cette somme doit être distribuée aux caisses d’assurance-chômage.

En raison des sanctions américaines pesant sur l’économie nationale, le Président Rohani a annoncé le 8 avril le début du déconfinement et la reprise partielle de certaines activités, même si la crise sanitaire se poursuit. Depuis le début de l’épidémie, plus de 71.000 cas d’infection ont été confirmés en Iran et au moins 4.474 décès, d’après les derniers chiffres de l’Université Johns Hopkins.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала