Covid-19 en Tunisie: face au calvaire des Subsahariens, un élan de solidarité inédit

© AFP 2022 FETHI BELAIDPréparation de cartons de l'aide alimentaire par des membres du Croissant rouge.
Préparation de cartons de l'aide alimentaire par des membres du Croissant rouge. - Sputnik France
Les travailleurs et les étudiants subsahariens en Tunisie se trouvent aujourd’hui dans une situation difficile, sans travail à cause du confinement général et sans ressources. D’où la mobilisation de la société civile et des collectivités locales pour les aider. L’État tunisien a pris des mesures en leur faveur, mais sont-elles suffisantes?

L’alerte concernant la situation des Subsahariens en Tunisie est venue du président de l’Association des Ivoiriens actifs de Tunisie (l’Assivat), Jean Bedel Gnabri, qui a publié le 5 avril dernier un communiqué dans lequel il dénonce l’attitude de certains propriétaires immobiliers. Ces derniers, en pleine période de confinement général, ont chassé des Ivoiriens pour non-paiement de leurs loyers, les laissant sur le pavé.

«Plusieurs Subsahariens ont été mis à la porte par les propriétaires car ils ne pouvaient pas payer leur loyer, ce qui les a obligés à passer la nuit dans la rue», a déclaré le maire de La Marsa (banlieue de Tunis), le 7 avril sur les ondes de la radio Shems FM.

Ces incidents ont vivement scandalisé l’opinion publique tunisienne, notamment les communes qui se sont mobilisées, en coordination avec la société civile, pour recueillir de l’aide à l’adresse de cette communauté. La municipalité de La Marsa a recensé les Subsahariens qui se trouvent sur son territoire –environ 900 personnes– et s’est engagée à payer les loyers débiteurs et à leur octroyer des aides pour les assister durant la crise.

De son côté, la municipalité de La Soukra (gouvernorat de l’Ariana dans le Grand Tunis), en coordination avec l’association Marhama et l’association Rahma pour la solidarité sociale, a organisé le 8 avril une campagne de dons en faveur de la communauté subsaharienne qui vit dans cette localité. 85 cartons de denrées alimentaires ont été distribués à 350 personnes et une deuxième tranche d’aides sera allouée prochainement à 200 autres personnes.

«Ce n’est pas possible pour nous, Tunisiens, de ne pas aider la communauté subsaharienne et de la laisser dans le besoin. C’est tout à fait normal qu’il y ait un élan de solidarité envers elle. Dans ce cadre, nous avons lancé cette action de solidarité et nous sommes en train d’inciter d’autres municipalités dans d’autres régions de la Tunisie à faire de même», a déclaré à Sputnik Jamila Ksiksi, députée et une des initiatrices de cette campagne de solidarité à La Soukra.

Création de la Cellule solidarité africaine Covid-19

La société civile subsaharienne en Tunisie s’est elle aussi mobilisée afin de venir en aide à ses éléments vivant en situation difficile, qu’ils soient étudiants ou travailleurs, avec un statut légal ou pas. À cet effet, la Cellule solidarité africaine Covid-19 Tunisie a été créée par plusieurs associations subsahariennes et elle est représentée sur tout le territoire tunisien. Son objectif est de «venir en aide tout en portant assistance aux migrants subsahariens en situation de vulnérabilité en cette période de crise sanitaire via des appels à dons. Les bons alimentaires et aides médicales leur seront ensuite redistribués». 

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur sénégalais Amadou Bâ. - Sputnik France
Covid-19: Le Sénégal au secours de sa diaspora en détresse… en toute transparence?

Cette cellule permet aussi de coordonner, avec les associations tunisiennes, les ONG internationales et les représentants de l’État, les aides apportées à cette communauté. Jean Ferdinand Mohenou, président de l’Association des étudiants et stagiaires africains en Tunisie (AESAT) qui fait partie des associations partenaires, explique à Sputnik les actions effectuées jusqu’à présent.

 «La cellule a pu aider environ 1.000 personnes, dont des femmes enceintes, des mères seules avec leurs enfants et des personnes malades. Et elle continue à recenser les cas de Subsahariens dans le besoin», relate-t-il.

Tout en saluant les efforts de solidarité fournis par les associations et les communes tunisiennes, Jean Ferdinand Mohenou déplore cependant un manque de coordination. «Certaines familles ont bénéficié trois fois des aides et d’autres n’ont rien reçu du tout!»

L’État tunisien se mobilise, mais beaucoup reste à faire…

Sous la pression de l’opinion publique et de la société civile, l’État a décidé d’agir pour trouver des solutions aux Subsahariens en annonçant, le 7 avril, une panoplie de mesures en leur faveur. Il s’agit essentiellement de suspendre les dates de validité des titres de séjour et de les étendre jusqu’à la fin de la crise, de leur octroyer des aides financières et en nature et d’appeler les propriétaires à reporter le paiement des loyers relatifs aux mois d’avril et de mai. 

Une femme faisant ses courses devant des soldats durant le confinement. - Sputnik France
Covid-19: En Tunisie, les spéculateurs, des «criminels de guerre» dans le collimateur

Ces mesures ont été vivement saluées par la société civile qui les a trouvées «encourageantes», mais insuffisantes. Dans une pétition lancée le 10 avril par 49 associations, 23 députés et plusieurs personnalités publiques, le gouvernement tunisien a été appelé à «prendre des décisions plus fortes pour protéger les migrants et les réfugiés contre le Covid-19». Parmi ces décisions, le fait de «porter une initiative nationale afin d’instaurer un climat de confiance, rassurer ces populations et formaliser leur prise en charge, pour que leur droit à la santé soit garanti, au même titre que les Tunisiennes et Tunisiens». Le gouvernement a été aussi appelé à régulariser la situation des migrants qui sont dans l’illégalité. 

«Jusqu’à présent, il y a eu en Tunisie une absence totale de politique gouvernementale envers les migrants et les réfugiés –bien que le pays en compte une grande communauté qui s’est accrue depuis la révolution. En ces temps de crise, il est nécessaire d’être solidaire avec elle et de l’aider. Surtout que tous les Subsahariens n’ont pas une représentation diplomatique de leur pays en Tunisie. Ils restent donc tributaires de l’attitude des autorités tunisiennes envers eux», estime la députée Jamila Ksiksi, qui est aussi une des signataires de cette pétition.

Rappelons à cet égard que la communauté subsaharienne comprend des étudiants, des personnes qui viennent pour se soigner et des travailleurs. Parmi eux, des réfugiés et des migrants qui attendent de partir vers l’Europe et qui se trouvent soit placés dans des centres de rétention, soit obligés de travailler clandestinement.

Ils ne sont pas officiellement recensés mais selon les déclarations du ministre chargé des Droits de l'Homme et des relations avec la société civile Ayachi Hammami au site francetvinfo, 7.000 étudiants subsahariens résident en Tunisie. L’AESAT estime leur nombre à moins que cela. Dans une étude réalisée en décembre 2019 par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) sur un échantillon de 962 migrants, 75% sont rentrés de façon irrégulière dans le pays.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала