Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les marchés dégringolent: pourquoi la baisse de la production de pétrole n’est pas suffisante

S'abonner
Dans quelle mesure les États-Unis seront-ils obligés eux aussi de réduire leur production? L’accord trouvé entre l’OPEP +, les États-Unis, l’Arabie saoudite et la Russie afin de réduire la production de pétrole peut-il à terme relever les prix du baril? Sputnik a interrogé Francis Perrin, spécialiste des hydrocarbures.

L’AIE (agence internationale de l’énergie) anticipe ce 15 avril un recul de la consommation pétrolière quotidienne de 9,3 millions de barils de pétrole en 2020, misant sur une reprise progressive au second semestre. Un chiffre qui équivaudrait à la consommation mondiale de l’année 2012, sachant que 100 millions de barils ont été consommés quotidiennement en 2019. Sur le seul mois d’avril, la demande devrait chuter de 29 millions de barils par jour, poursuit l’organisation.

Une baisse de 30 millions de barils par jour pour remonter les prix?

Même après l’annonce de la conclusion de l’accord de l’OPEP+ (organisation qui regroupe les 13 pays de L’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) et 10 autres pays producteurs, dont la Russie, le Mexique et le Kazakhstan) du 9 et 12 avril, les prix de l’or noir n’ont pas augmenté, ils ont même encore chuté.

Bourse - Sputnik France
Coronavirus, crise pétrolière et actions des banques en chute libre: bientôt la grande explosion?
Ce 15 avril, le prix du WTI (West Texas Intermediate) est tombé à New York sous la barre fatidique des 20 dollars. Même les rodomontades de Donald Trump, évoquant une réduction supplémentaire de la production mondiale proche de 20 millions de barils par jour, n’y ont rien fait. Interrogé par Sputnik, Francis Perrin, spécialiste des problématiques énergétiques à l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) indique que «le creux le plus dur est le second trimestre, avril, mai, juin», car «c’est dans cette période actuelle où le risque est le plus élevé de l’effondrement des prix encore plus bas», c’est-à-dire des prix qui avoisineraient les 10 dollars.

«L’accueil des marchés a été plutôt froid, parce que ceux-ci attendaient encore plus. On parlait de 15 à 20 millions de barils par jour, mais il faut être réaliste. On ne réduit pas comme ça en un tour de main, en claquant des doigts, la production pétrolière mondiale de 20 millions de barils par jour.»

Ainsi, la réduction historique de 9,7 millions de barils par jour obtenue par les pays de l’OPEP + ne sera probablement pas suffisante pour relever les prix du pétrole. Cet accord entre les pays OPEP-non OPEP avait été mis en place afin de mettre fin au choc de l’offre déclenché par l’échec de l’accord du 6 mars, conjugué avec la paralysie de la demande de pétrole suite au confinement d’une grande partie de la population mondiale. Sur le site Connaissance des énergies, le professeur Patrice Geoffron parle ainsi d’un seuil de 30 millions de barils par jour «pour espérer une remontée significative des prix».

Une production américaine de moins en moins rentable

Pour les deuxièmes et troisièmes plus grands producteurs de pétrole au monde que sont respectivement la Russie et l’Arabie saoudite, cette baisse sera drastique. Dans une démarche que Francis Perrin qualifie de «réconciliation russo-saoudienne», les deux États se sont engagés à réduire chacun leur production du même volume, c’est-à-dire -2,5 millions de barils de pétrole, donc 5 millions sur les 9,7 millions au total pour les vingt pays de l’OPEP+. Concernant les États-Unis, premier producteur mondial, une réduction unilatérale est plus difficile à obtenir du fait de la loi antitrust, restreignant toute possibilité d’entente sur les prix. Seule la Texas Railroad Commission aurait l’autorité de réguler la production dans cet État du sud, où 40% du pétrole américain est extrait.

Vladimir Poutine et Donald Trump en Argentine  - Sputnik France
Les États-Unis, premières victimes du choc pétrolier?
Cas très particulier dans le monde, les compagnies pétrolières américaines, certaines géantes, d’autres plus petites, sont privées et pourraient en théorie continuer à extraire autant d’hydrocarbures qu’elles le souhaitent. Sauf que l’extraction du pétrole de schiste se révèle plus onéreuse. Afin d’être rentable, le prix du baril du pétrole doit atteindre au minimum 50 dollars, sachant que le secteur pétrolier est déjà fortement endetté, à hauteur de 86 milliards de dollars, selon l’agence Moody’s. «Par le jeu des forces du marché», Francis Perrin estime ainsi que les Américains «contribueront involontairement» à l’effort de réduction de la production lancé délibérément par l’OPEP+ en fermant des puits:

«Aux États-Unis, on n’aura pas une décision où Donald Trump dira “on produit moins”, ça ne se passe pas comme ça. Mais on sait que du fait du bas niveau des prix, la production pétrolière des États-Unis va baisser en 2020, tout simplement parce qu’à ce prix-là, dans certains coins des États-Unis, il n’est plus rentable de produire du pétrole.»

Alors que le Secrétaire américain à l’Énergie, Dan Brouillette, a évoqué une réduction de la production américaine aux alentours de «presque 2 millions de barils/jour», Connaissance des Énergies évoque des projections plus pessimistes, pour une chute «supérieure à 3 millions de barils/jour». Visé par les stratégies russe et saoudienne, le pétrole de schiste américain constituerait l’une des premières victimes de ce krach pétrolier, qui pourrait avoir des conséquences à moyen terme sur la restructuration de cette industrie. D’où les intenses tentatives de médiation de la part du Président américain ces dernières semaines, avec Vladimir Poutine et Mohamed ben Salmane, afin de se mettre d’accord sur une baisse collective de la production de pétrole. Le chercheur de l’IRIS évoque le règlement de cette crise très particulière entre les trois plus grands producteurs de pétrole au monde, qui pèsent entre 33 et 40% de la production mondiale: «on est dans un pragmatisme pétrolier et pas dans une démarche idéologique».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала