Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Euro 2016: «mon client n’a jamais été un hooligan», clame l’avocat d’un Russe accusé en France

© SputnikLes supporters britanniques insultent les Russes dans les rues
Les supporters britanniques insultent les Russes dans les rues - Sputnik France
S'abonner
L’instruction de l’affaire des deux supporters russes, accusés de «violences en réunion» lors des échauffourées avec les supporters britanniques de l’Euro 2016 à Marseille, est close et renvoyée aux assises. Julien Pinelli, l’avocat de l’un d’entre eux, décrypte le dossier pour Sputnik.

Deux supporters russes –Pavel Kosov et Mikhaïl Ivkine– détenus en France depuis mars 2018, seront jugés pour «violences en réunion et avec arme suivies d’une infirmité permanente». Ils risquent 15 ans de réclusion criminelle pour des faits remontant au 11 juin 2016 quand, en plein Euro de football, des heurts ont éclaté sur le Vieux-Port à Marseille entre supporters russes et anglais.

«La crise du coronavirus crée une profonde inquiétude au sein de la famille de mon client, incarcéré au Baumettes, où sont détenus de nombreux cas [de Covid-19, ndlr]. J’attends une réponse de la part des autorités françaises par rapport à la dernière demande que j’ai déposée le 25 mars et qui, je l’espère, sera examinée courant du mois d’avril par les juridictions françaises», détaille au micro de Sputnik Maître Julien Pinelli, l’avocat engagé depuis un an par la famille de M. Ivkine.

Des supporters anglais jettant des projectiles dans le Vieux-Port de Marseille après le match Angleterre-Russie - Sputnik France
Euro 2016: la police française impuissante face aux violences
La famille s’inquiète du sort de M. Ivkine détenu à l’établissement pénitentiaire des Baumettes à Marseille et se tient prête à mettre à disposition un appartement dans les environs, si une assignation à résidence était acceptée pour le prévenu.

Quand le Covid-19 s’en mêle

En effet, la défense a sollicité la remise en liberté du supporter assidu de Spartak Moscou. Pour l’instant, les différentes demandes que l’avocat a déposées ont étés rejetées, en prétextant «le risque de renouvellement des faits, lui attribuant une qualité de hooligan et le risque de fuite, étant de nationalité étrangère».

«Nous contestons aussi cela, précise Maître Pinelli, en soutenant que mon client est prêt à aller au terme de cette procédure. Il clame son innocence et demeure conscient qu’une fuite pourrait réduire à néant tous ses espoirs de défense.»

Euro 2016: la Russie sera disqualifiée en cas de nouveaux incidents - Sputnik France
Euro 2016: six supporters russes en voie d'expulsion déjà placés en centre de rétention
La police française a déployé les grands moyens pour déterminer les auteurs des coups portés à l’un des blessés les plus graves des bagarres entre supporters anglais et russe à Marseille –Andrew Bache, un Anglais de 54 ans, natif de Birmingham– et pour incriminer les deux supporters russes, qui ont étés arrêtés en Allemagne.

Les autorités diplomatiques russes sollicitées

Mikhaïl Ivkine, interpellé en février, quelques jours après l’arrestation de Pavel Kosov, a découvert à cette occasion qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen. Sa mise en examen et sa réclusion prennent effet le 22 mars 2020. Une mesure excessive, pour son avocat:

«On se doute bien que si mon client avait tenté à quelconque moment de fuir la justice française, il n’aurait jamais quitté la Fédération de Russie, où il serait toujours à l’heure actuelle», assure Maître Pinelli.

L’avocat de l’«éducateur sportif renommé et père de famille honorable» a sollicité le soutien des autorités diplomatiques russes afin d’attirer leur attention sur le sort de M. Ivkine et «le traitement qui lui a été réservé dans le cadre de cette procédure, avec de nombreuses interrogations qui subsistent encore concernant son implication dans les violences survenues au cours de l’Euro 2016».

«Mon client n’a jamais été un hooligan, clame Julien Pinelli. Au regard des éléments qui me sont fournis, mon client n’a pas eu d’autre attitude que celle qui concernait à tenter de s’enfuir, d’une part, et de se défendre, d’autre part, lorsque lui-même et d’autres supporters russes ont étés pris à partie par des supporters britanniques.»

L'emblème d'Interpol - Sputnik France
Paris illégaux sur l'Euro 2016: Interpol arrête 4.100 personnes
Les images de la confrontation russo-anglaise ont fait le tour du monde. «Ce jour-là, Mikhaïl Ivkine a été lui-même pris sous le coup de violences, s’est retrouvé sous des projectiles jetés par les supporters britanniques», insiste l’avocat de l’aficionado de football.

«Certaines juridictions françaises gardent du supporter russe une image caricaturale»

D’après lui, c’est en s’extrayant de cette échauffourée qu’il a pu commettre à l’égard du Britannique cet «acte de violence», que la défense «conteste formellement», puisque les photographies et les vidéos «qui ont étés mises à disposition du parquet ne permettent pas un seul instant d’apporter la preuve que Mikhaïl Ivkine s’est rendu coupable de violences volontaires à l’égard de Monsieur Andrew Bach.»

«Je m’étonne que l’on ait pu attribuer très facilement à Monsieur Ivkine la qualité de hooligan, qui n’a jamais été la sienne. Je m’inquiète de ce que le seul fait d’être un supporter de l’équipe nationale russe de football a pu faire de mon client un hooligan», s’insurge l’avocat.

Un ballon de foot - Sputnik France
Un club de foot fermé dans l’Essonne pour soupçons de radicalisation
L’avocat de Mikhaïl Ivkine décrypte pour Sputnik les images diffusées sur tous les réseaux sociaux, que l’on trouve notamment sur YouTube sans aucune difficulté. On y voit, explique Me Pinelli, des Russes qui se confrontent à des Britanniques «plus nombreux, ivres pour la plupart». «C’est un constat, c’est ce que j’ai pu voir sur les images: ils laissent le sentiment que les supporters britanniques étaient plus nombreux, qu’ils étaient extrêmement véhéments et vindicatifs.»

«Je crains de fait une certaine caricature que véhicule volontiers l’opinion française, que l’on retrouve parfois devant certaines juridictions françaises, qui gardent du supporter russe une image un peu simpliste, de quelqu’un nécessairement alcoolisé et violent. Je refuse qu’une telle caricature soit attribuée à mon client», tonne Julien Pinelli.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала