Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’industrie mondiale du chocolat, nouvelle victime du coronavirus

© Sputnik . Ruslan Krivobok / Aller dans la banque de photosChocolat
Chocolat - Sputnik France
S'abonner
L’industrie mondiale du chocolat vit une période difficile en raison de la pandémie de Covid-19. Les inquiétudes portent surtout sur le continent asiatique, où une baisse de 9% de la production est à prévoir.

Pas de chasses aux œufs ni de traditionnels lapins de Pâques, et de nombreux pays encore en confinement: les ventes de chocolat subissent aussi le coronavirus. La demande a chuté dans toutes les parties du monde, ce qui a entraîné des difficultés à tous les stades de la production, a rapporté Bloomberg.

En Europe, principal consommateur de chocolat, la transformation des fèves de cacao pourrait diminuer de 3%, tandis que l’Amérique du Nord s’attend à une baisse de 5,3%. C’est en Asie que la chute pourrait être la plus importante, les analystes prévoyant une réduction de 9% de la production.

Les deux plus grands producteurs de fèves de cacao, la Côte d’Ivoire et le Ghana, ont fixé les prix de leurs produits pour compenser l’effondrement de la demande. Toujours selon Bloomberg, leurs contrats sur le cacao négociés à la Bourse de New York ont chuté de presque 10% depuis le début de l’année.

Les chocolatiers français en difficulté

En période de pandémie, la priorité des consommateurs va aux produits de première nécessité, et le chocolat en souffre particulièrement. À l’instar de cet artisan parisien qui a pu garder sa confiserie ouverte malgré le confinement. Pour lui, la période de Pâques représente 30% de son chiffre d’affaires annuel. «Tout a été livré le vendredi juste avant le confinement, on ne pouvait pas faire pire», a-t-il témoigné auprès du Point le 29 mars.

Gâteau - Sputnik France
En période de pandémie, un pâtissier lance le «choconavirus» - photo

Un chocolatier bordelais a également gardé sa boutique ouverte «par passion», mais les clients ne se montrent pas. «C'est la première fois qu'on ferme nos portes en 127 ans. Même pendant la Seconde Guerre mondiale, ma grand-mère tenait à ouvrir le magasin! Mais là, il n'y a plus personne dans les rues».

Toujours cité par Le Point, il affirme que même ses ventes en ligne ont chuté. Il ne s’attend d’ailleurs pas à ce que la situation s’améliore en juillet, et craint pour le secteur tout entier. La Confédération des chocolatiers confiseurs de France a affirmé qu’elle «réfléchissait à des alternatives pour lancer des événements après le confinement» afin de relancer les ventes et la production.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала