Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Cet animal disparu de Belgique depuis la préhistoire se reproduit dans le pays – photo

S'abonner
Un couple de gloutons a donné naissance à deux petits dans le parc animalier du Domaine des Grottes de Han, en Belgique. Les adultes sont arrivés en 2015, ce qui a constitué la première réintroduction de l’espèce dans le pays depuis la préhistoire.

En février dernier, le personnel du parc animalier belge du Domaine des Grottes de Han soupçonnait l’arrivée imminente de bébés gloutons. Après deux mois passés avec leur mère, les petits ont finalement pu être photographiés et pesés par les soigneurs.

«L’équipe a tenté à plusieurs reprises d’accéder à la tanière afin de procéder à un check-up des bébés mais Skally fait preuve d’un instinct maternel protecteur très développé, ce qui rend la tâche ardue», a expliqué le personnel, cité dans plusieurs médias belges.

«Il faut attendre le 17 avril pour qu’enfin le check-up des petits puisse se faire. Verdict: deux beaux bébés! Un mâle de 3,6 kg et une femelle de 3,2 kg. Ils sont en pleine forme et ont déjà le caractère bien trempé de leur espèce».

Микрофотография частиц коронавируса в клетке зараженного человека - Sputnik France
Soupçonné d’avoir transmis le coronavirus, cet animal rare fait l’objet d’un braconnage massif

Le glouton est en effet connu pour sa férocité, et reste l’un des charognards les plus puissants du Grand Nord. Semblable à un petit ours, il fait pourtant partie des mustélidés, la famille du blaireau et de la fouine. Il est capable de s’attaquer à des animaux bien plus grands que lui, comme le renne ou le lynx, et peut même se défendre face à des loups ou des ours.

Le seul couple de gloutons en Belgique

Il s’agit d’une naissance historique, puisque le glouton, avant son arrivée en Belgique en 2015, n’y était plus présent depuis la préhistoire. Le mâle, Valle, vient du zoo de Boras en Suède, tandis que la femelle est originaire du zoo de Novossibirsk, en Russie. Ils avaient déjà donné naissance à une femelle en 2017, mais celle-ci était décédée quelques mois plus tard.

Ce couple reste le seul dans le Plat pays et fait partie d’un programme d’élevage européen piloté par l’institution suédoise Nordens Ark, a précisé le journal Le Soir. Seulement 1.300 spécimens sont encore présents en Europe, ce qui en fait une espèce particulièrement menacée. Les deux jeunes devraient être transférés dans un autre parc zoologique lorsqu’ils auront atteint leur maturité, soit d’ici deux ans.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала