Un jeune homme condamné pour 25 violations des règles du confinement dans l’Essonne

Il a été verbalisé à 11 reprises avant d’être interpellé au début du mois d’avril pour non respect du confinement. Puis, 14 autres fois avant d’être jugé et condamné à trois mois de prison avec sursis.

Le 24 avril, au 38e jour du confinement en France, un jeune de 18 ans a réussi à enregistrer un anti-record: 25 verbalisations pour violation des règles, a relaté Le Parisien. Jugé et condamné pour le délit de réitération de violations des mesures de confinement, il n’a pourtant reconnu qu’une partie des faits.

«Parfois je remplis l'attestation, sauf les fois où on m'a attrapé, a-t-il expliqué. La feuille [l'attestation de déplacement dérogatoire, ndlr], je n'avais plus de papier pour l'imprimer».

Lorsque le juge lui fait remarquer qu’il aurait pu télécharger le document, il répond qu’il avait «appris ça il n'y a pas longtemps».

Un barbecue - Sputnik France
Une dizaine d’individus dont un maire font un barbecue en plein confinement dans le Bas-Rhin
Le prévenu, qui est actuellement en Bac professionnel et qui a été employé pour de petits boulots, a un «casier judiciaire [qui] ne comporte aucune condamnation», a fait savoir le procureur.

Prison avec sursis

Le 9 avril, alors que le jeune homme en était à sa onzième verbalisation, il a été placé une première fois en garde à vue, a précisé le journal. Ce qui n’a eu aucun effet puisque depuis le 10 avril, il a été verbalisé à nouveau à 14 reprises.

«Une fois, deux fois, ça passe, mais 25 fois, c'est que Monsieur n'en a rien à faire, constate la procureure. Monsieur peut se sentir invincible au vu de son jeune âge. Je note qu'il se dit asthmatique et que sa mère a des problèmes de santé. Le confinement, ça a vocation à vous protéger, vous et vos proches.»

Le jeune homme a été condamné à trois mois d'emprisonnement avec sursis qui peut être révoqué à la moindre nouvelle verbalisation.

Que dit la loi

Selon un décret du Premier ministre paru le 29 mars au Journal officiel, l'amende pour une deuxième violation du non respect des règles de confinement dans les 15 jours est portée à 200 euros, au lieu des 135 euros fixés pour une première infraction.

À la quatrième violation dans les 30 jours, il s'agit alors d'un délit punissable de six mois de prison et 3.750 euros d'amende.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала