Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des scientifiques détectent le coronavirus sur des particules d’air pollué

S'abonner
Une récente étude scientifique met en lumière le rôle de la pollution dans la propagation du Covid-19. Les experts tentent de comprendre si cela a permis à l’infection de s’étendre sur de plus grandes distances.

Des chercheurs italiens ont détecté la présence du coronavirus dans des particules d’air pollué, a rapporté le Guardian vendredi 24 avril. 

Fleuve (image d'illustration) - Sputnik France
«Catastrophe environnementale»: la France accusée de «négligence» après une pollution fluviale en Belgique
L’étude a été menée en Italie, sur un site industriel et un autre urbain de la région de Bergame, l’un des premiers foyers de l’épidémie dans ce pays. Les scientifiques ont analysé la qualité de l’air et ont identifié un gêne hautement spécifique au Covid-19 dans plusieurs échantillons. Des tests en aveugle sont venus confirmer cette hypothèse.

Une analyse statistique, venant recouper les données recueillies sur le terrain, suggère un lien entre des niveaux de pollution importants et des taux d’infection élevés dans le nord de l’Italie, relate le Guardian.

Un vecteur sur de grandes distances?

Les scientifiques tentent maintenant de comprendre si la pollution peut favoriser la circulation du virus sur de longues distances, via les gouttelettes provenant de la toux et des éternuements des malades.

«Il n'est peut-être pas surprenant que, pendant qu'elles sont suspendues dans l'air, les petites gouttelettes puissent se combiner avec des particules urbaines et être transportées», explique au Guardian le professeur Jonathan Reid de l'université de Bristol.

La question d’un déplacement plus important à travers les particules d’air pollué fait désormais débat. Le professeur Leonardo Setti de l’université de Bologne, directeur de l’étude italienne, explique ainsi au Guardian que les gouttelettes entre 0,1 et 1 micron peuvent voyager plus loin lorsqu'elles ont fusionnées avec des particules de pollution mesurant jusqu'à 10 microns.

L’hypothèse d’une transmission aérienne favorisée par la pollution avait déjà fait l’objet de deux autres études scientifiques récemment.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала