Le plan de déconfinement «impossible à mettre en œuvre» dans les transports, selon les syndicats

© SputnikMétro de Paris
Métro de Paris - Sputnik France
Le plan de déconfinement pour les transports en commun est critiqué par les syndicats. D’après eux, les contrôles seront difficiles à mettre en place de manière constante, par manque de personnel.

Le plan de déconfinement avancé par le gouvernement est en partie contesté par les syndicats des transports en commun, rapporte France Info ce mardi 28 avril. 

Didier Raoult - Sputnik France
Didier Raoult livre son avis sur les dates du déconfinement et l’éventualité d’une deuxième vague épidémique
Alors que le Premier ministre a annoncé que 70% de l'offre de la RATP serait disponible au 11 mai, les responsables syndicaux craignent un afflux de voyageurs qui débordera les agents.

Dès lors, les syndicats soulignent la difficulté de faire respecter les mesures, en particulier concernant la distanciation sociale, l’interdiction d’un siège sur deux ou le port du masque désormais obligatoire.

«Je ne sais pas qui a susurré cette idée-là au Premier ministre. Mais quelqu'un qui a déjà pris les transports, en l'occurrence parisiens, a bien compris que ce genre de dispositif, c'est quasiment impossible à mettre en œuvre. Impossible», déclare à France Info Bertrand Hammache, secrétaire général CGT RATP.

Manque de personnel

Le contrôle des voyageurs s’avérera donc difficile, à en croire les syndicats, en particulier par manque d’effectifs. Baptiste Arsale, secrétaire général de la fédération UNSA Transports, précise à France Info que les agents RATP auront «besoin forcément aussi des forces de l'ordre» pour les seconder.

«Déjà, à ce jour, c'est compliqué et on ne fait pas respecter les mesures barrières. Demain, on doit les faire respecter donc on en prend acte et il faut avoir l'effectif adéquat. C'est-à-dire un agent sur chaque rame, chaque bus, chaque tram, etc. Ça me semble aujourd'hui non réalisable», confie-t-il encore à France Info.

Interrogé par Europe 1 ce mercredi 29 avril, le secrétaire d’État aux transports Jean-Baptiste Djebbari avait promis «une forme de bienveillance» et «un peu de souplesse» sur les contrôles pour la première journée de déconfinement, le 11 mai.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала