Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Jusqu’à 85.000 morts en France si les personnes fragiles ne restent pas confinées après le 11 mai, selon une étude

© SputnikParis désert à l'heure du confinement
Paris désert à l'heure du confinement - Sputnik France
S'abonner
Un nouveau confinement général pourrait intervenir en France à l’automne si les personnes les plus fragiles quittent le confinement en même temps que le reste de la population, prévient un cabinet d’expertise. Le bilan de l’épidémie pourrait même atteindre 85.000 morts.

Le déconfinement du 11 mai est un exercice à haut risque qui pourrait se terminer en reconfinement cet automne, avertit le cabinet français Public health expertise spécialisé dans la modélisation des maladies et épidémies.

Métro de Paris - Sputnik France
Le plan de déconfinement «impossible à mettre en œuvre» dans les transports, selon les syndicats
Selon ses évaluations relayées par Franceinfo, un déconfinement dit «sauvage», sans masque ni respect des gestes barrières, entraînerait un bilan de 200.000 morts. La stratégie gouvernementale, qui prévoit la distribution et le port du masque ainsi que le respect des gestes barrières, ferait passer le bilan final à 85.000 morts, mais provoquerait dans tous les cas une saturation des services de réanimation et un risque de reconfinement obligatoire à l’automne.

Surprotéger les plus fragiles

Le seul scénario qui envisage beaucoup moins de morts, sans reconfinement, implique une surprotection des personnes fragiles sur une longue période après le déconfinement du 11 mai, explique Martin Blachier, auteur de l’étude.

Didier Raoult - Sputnik France
Didier Raoult livre son avis sur les dates du déconfinement et l’éventualité d’une deuxième vague épidémique
D’après lui, il s’agit de celles «au-delà d'un certain âge et qui ont un certain nombre de risques, à savoir l’obésité, l’hypertension artérielle, une insuffisance respiratoire chronique, probablement certains insuffisants rénaux».

Pour contenir le bilan de l’épidémie à 30.000 morts dans l’Hexagone, il faudrait que les personnes fragiles restent confinées jusqu’en février 2021, avance l'étude.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала