La secrétaire d'État aux Armées «oublie» l'URSS dans son message de remerciements aux Alliés

© Sputnik . Vladimir Sergeev / Aller dans la banque de photosSymbole de l'URSS
Symbole de l'URSS - Sputnik France
La secrétaire d’État aux Armées, Geneviève Darrieussecq, a publié un message sur Twitter pour remercier les Alliés de la Seconde Guerre mondiale, sans pourtant mentionner l’URSS. Interpellée sur cet oubli, elle a supprimé sa publication.

Afin de célébrer le 75e anniversaire de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès du ministère des Armées, a tenu à leur rendre hommage. Vendredi 8 mai, elle a publié un message sur Twitter pour saluer les Alliés et «leur contribution à la victoire» qui a été «à la hauteur de leurs sacrifices».

Sauf que sa publication ne contenait que des drapeaux anglo-saxons, sans celui de l’URSS, pays qui a pourtant comptabilisé le plus de morts durant ce conflit. Publié en français et en anglais, le message a été supprimé depuis.

Olivier Berruyer, créateur du site Les Crises, a réagi en publiant un graphique comparant les 184.000 soldats américains tués en Europe face aux 11 millions de morts de l’URSS. En prenant en compte les civils, l’Union soviétique totalise une perte de 20 à 30 millions de personnes.

D’autres se sont indignés de cet «oubli», à l’image de l’auteur Maxime Cauchard, qui a accusé la secrétaire d’État de révisionnisme, et Bertrand Dutheil, conseiller régional d’Île-de-France.

Manque de culture ou propagande américaine?

L’anniversaire de la victoire sur le nazisme a été l’occasion pour de nombreux responsables politiques de donner leur vision de l’Histoire, remaniée selon les opinions de chacun. Le 8 mai, la Maison-Blanche a ainsi annoncé que les vainqueurs étaient les États-Unis et le Royaume-Uni.

La veille, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, et neuf autres ministres des Affaires étrangères d’Europe centrale et orientale, avaient accusé la Russie de «falsifier l’Histoire». Ils avaient notamment indiqué que l’Europe n’avait pas été totalement libérée en 1945, puisque l’URSS avait ensuite imposé le communisme dans une partie de celle-ci.

Ambassade russe à Washington - Sputnik France
Moscou dénonce des programmes US diminuant le rôle de l’URSS dans la Seconde Guerre mondiale

Du côté français, l’opinion publique semble aussi avoir changé au fil des années à propos des véritables vainqueurs. Ainsi, d’après le sondage de l’Institut français de l’opinion publique (Ifop) mené en 1945, 57% des gens estimaient que c’est l’URSS qui avait le plus contribué à la défaite de l’Allemagne nazie. Ils n’étaient plus que 20% à penser la même chose en 2015, tandis que 54% avaient répondu que les grands gagnants étaient les États-Unis.

Selon Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Institut de sondage, plusieurs raisons peuvent expliquer cette tendance. Par exemple, l’effondrement du parti communiste en France, qui était majoritaire en 1944, mais aussi la mise en avant du débarquement en Normandie par rapport à d’autres événements d’envergure comme les batailles de Stalingrad et de Koursk.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала