Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un contrôle de police dégénère à Nanterre, un supermarché prend feu – vidéo

© AFP 2021 CLEMENT MAHOUDEAUpolice nationale en banlieue
police nationale en banlieue - Sputnik France
S'abonner
Un Carrefour Market a pris feu le 9 mai à Nanterre quelques heures après un contrôle de confinement qui a dégénéré. Les policiers ont fait usage de grenades lacrymogènes à proximité des habitants venant faire leurs achats. Un emploi «disproportionné» pour le maire de la ville, lequel a demandé l’ouverture d’une enquête.

Des tensions ont éclaté deux jours d’affilée sur l’avenue Pablo Picasso à Nanterre (Hauts-de-Seine). Le dernier événement en date est l’incendie d’un Carrefour Market dans la soirée du samedi 9 mai. Quelques heures plus tôt, une brigade de la police nationale, extérieure au commissariat de Nanterre, y avait fait usage de grenades lacrymogènes, a rapporté Le Parisien.

«De manière incompréhensible, ces effectifs de police ont procédé à des tirs de grenades lacrymogènes devant plusieurs commerces alimentaires encore ouverts, au moment où des habitants, des personnes âgées, des mères de famille avec des enfants faisaient leurs courses», a déploré le maire de Nanterre, Patrick Jarry, précisant qu’il s’agissait d’un usage «disproportionné» qui a «suscité beaucoup d’émotion et d’indignation chez de nombreux habitants».

Un casque de CRS - Sputnik France
Après un contrôle routier à Marseille, trois policiers envoyés devant la justice
L’élu estime que l'incendie était probablement lié à des représailles après ce contrôle de confinement qui a mal tourné, et «condamne fermement» cet acte. Toujours selon lui, la même brigade était entrée en conflit la veille avec une bande de jeunes qui ne respectait pas le confinement. L’un des policiers a sorti une grenade de désencerclement, mais celle-ci a explosé dans sa main et il a dû être transporté à l’hôpital.

Demande d’ouverture d’une enquête

Patrick Jarry a réclamé l’ouverture d’une enquête interne auprès du préfet de police de Paris, Didier Lallement. Il exige que cette brigade de la police nationale n’intervienne plus dans la zone de Nanterre, au vu de ses interventions qui «dégénèrent trop souvent». Le maire a évoqué des témoignages faisant état d’«injures racistes et de provocation» de la part de ces agents.

Quant aux policiers du commissariat de Nanterre, ils ont effectué entre 1.500 et 2.000 contrôles depuis le début du confinement, «sans incident notoire à déplorer», a-t-il assuré.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала