Qui peut développer une immunité au Covid-19? La réponse d'une biologiste

Une immunité forte et durable ne se forme que chez sept à huit pourcents des patients atteints du Covid-19 et lorsque la maladie est sous une forme sévère, assure à Sputnik une biologiste de l’Université américaine George Mason.

Moins de dix pourcents (de sept à huit pourcents) des patients atteints du Covid-19 développent une immunité forte et durable, a déclaré à Sputnik Ancha Baranova, docteur en biologie et professeur à l’École de biologie des systèmes de l’Université George Mason, aux États-Unis.

«Il y a des super-humains qui ont une réponse immunitaire si puissante que leurs anticorps peuvent être utilisés pour traiter d'autres personnes avec un plasma de convalescence», a-t-elle expliqué.

Ancha Baranova a ajouté que sept à huit autres pourcents des patients présentent des symptômes de la maladie mais n'ont généralement pas d'anticorps contre le virus. Selon elle, cela signifie que les interférons eux-mêmes ont combattu l'infection dans le corps.

Un risque de réinfection

Twitter - Sputnik Afrique
Twitter durcit ses règles contre la désinformation liée au coronavirus
La scientifique note qu’entre ces deux groupes, d’autres ont été atteints du coronavirus. Ils ont une immunité contre les différentes formes de gravité de coronavirus, mais pour au moins 40% de ces personnes, elle est assez faible.

Selon Ancha Baranova, le niveau d'anticorps chez certains patients, c'est-à-dire l'immunité, chute considérablement en un mois. Ce groupe de patients présente un risque de réinfection.

«Tout cela est la conséquence d’une chose simple: chacun est différent et souffre de la maladie de différentes manières. Les scientifiques ont constaté que les personnes âgées qui sont atteintes d’une forme sévère du Covid-19 ont une immunité plus forte», a indiqué la scientifique.

Des résultats basés sur une étude chinoise

Comme elle l'a précisé, ces connaissances sur l'immunité au Covid-19 ont été obtenues par des scientifiques chinois lors d'une étude sur 175 patients. Les études ont été dirigées par le professeur Fan Wu au Centre clinique de santé publique de Shanghai et plusieurs autres institutions scientifiques.

Selon les calculs de l’Université Johns-Hopkins aux États-Unis, la pandémie du nouveau coronavirus a fait plus de 285.000 morts à travers le monde, dont 26.500 en France. Au total, plus de 4.100.000 personnes ont été contaminées par la maladie dans le monde entier.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала