«Pas de deuxième vague. L’épidémie est finie», affirme le rhumatologue Gérard Guillaume

© Sputnik . Vitaliy Timkiv / Aller dans la banque de photosUn laboratoire médical
Un laboratoire médical - Sputnik France
Alors que l’OMS n’exclut pas une seconde vague de la pandémie de Covid-19, le médecin rhumatologue Gérard Guillaume estime, en parlant de la situation en France, qu’elle est pratiquement finie. 

«Il n’y a pas de deuxième vague. L’épidémie elle est finie»: invité au Grand oral des Grandes Gueules, sur RMC, le médecin rhumatologue Gérard Guillaume a défendu cette thèse, admettant toutefois que l’épidémie pouvait mettre encore «peut-être un mois», mais qu’elle touchait à son terme.

Une femme portant un masque en France - Sputnik France
L’OMS met en garde contre une deuxième vague épidémique dans le monde
Appelant à arrêter d’«embobiner avec des conneries» les Français, il invite à les prendre pour des adultes et attire l’attention sur les conséquences économiques du confinement qui, estime-t-il, seront «catastrophiques» et «bien pires qu’on nous le laisse entendre», rappelant le cas des petites entreprises qui ont tout perdu.

À la question visant à savoir s’il ne faut donc pas s’attendre au retour de la pandémie en automne, il répond: «pas forcément».

Origine du virus

S’exprimant sur l’origine du virus - soit le laboratoire, soit le marché de Wuhan, en Chine- le rhumatologue mentionne un récent article de Nikolaï Petrosvky, de l’université Flinders, «qui accrédite l’hypothèse de l’origine humaine, du laboratoire de ce virus». 

Didier Raoult - Sputnik France
Didier Raoult qualifie de science-fictionnelle l’hypothèse d’une seconde vague épidémique
L'OMS a de son côté officiellement écarté le scénario d'une manipulation en laboratoire, affirmant que le virus était d'origine naturelle.

L’OMS prévient sur le risque du retour

La première vague de la pandémie de Covid-19 pourrait être suivie d’une seconde, a prévenu sur les ondes de Rossiya 24 la représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Russie, Melita Vujnovic.

Elle a noté qu’il existait toujours un risque de contamination par le coronavirus et qu’il fallait continuer à prendre toutes les précautions.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала