Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Covid-19: le Cameroun entre dans une «phase compliquée» de la pandémie

© AFP 2021 MARCO LONGARILe Cameroun a levé l'interdiction d'utiliser les transports en commun
Le Cameroun a levé l'interdiction d'utiliser les transports en commun - Sputnik France
S'abonner
Après avoir décidé, à travers de nouvelles mesures, d’assouplir les restrictions dans la lutte contre la pandémie, le Cameroun fait face à une explosion des contaminations. Dans un message sur Twitter ce 25 mai, le ministre de la Santé annonce l’entrée dans «une phase compliquée de la pandémie» et la nécessité de redoubler de vigilance.

Le Cameroun fait partie des États les plus touchés par la pandémie en Afrique subsaharienne. Le 25 mai, le pays a franchi la barre des 5.000 cas testés positifs au coronavirus pour près de 171 décès. Une explosion des contaminations qui fait présager des scénarios apocalyptiques. Dans une publication sur son compte Twitter, Manaouda Malachie, le ministre de la Santé, annonce l’entrée dans une nouvelle phase de la pandémie et souligne la nécessité d’observer les mesures barrières.

Répondant aux questions des internautes au sujet des non-dits de cette «phase compliquée», le ministre de la Santé explique qu’elle fait référence à une «multiplication des cas positifs par une accélération de la transmission du virus du fait des comportements irresponsables ou de l'inconscience de certains d'entre nous». Une alerte prise très au sérieux par des professionnels de la santé comme Parfait Mbvoum, épidémiologiste, interrogé par Sputnik.

«Il est important de comprendre, par le message alarmiste du ministre, que nous sommes passés à la deuxième phase de contamination. Il faut redouter un pic dans deux, voire trois mois», renchérit-il.

Limiter les contaminations

Si le ministre met encore l’accent sur le respect des mesures barrières, c’est aussi parce que dans le pays, le relâchement a pris place et beaucoup ont recommencé à vivre comme si le Covid-19 n’existait plus.

Le Président du Cameroun Paul Biya - Sputnik France
Covid-19 au Cameroun: après un long silence, Paul Biya prend enfin la parole
En effet, depuis la décision le 30 avril dernier d’assouplir, pour des raisons économiques, les dispositions de restriction prises dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, de nombreux dérapages ont été observés.

L'entrée en vigueur de ces nouvelles mesures a poussé certains citoyens à croire que «le coronavirus est fini au Cameroun». Une baisse de la vigilance qui a sans doute fait exploser les contaminations. Dans une récente interview accordée à Sputnik au lendemain de cette décision du gouvernement, Achille Assako, journaliste et analyste politique, redoutait déjà une deuxième vague d’infections.

«Les conséquences à court terme de cette épidémie risquent d'être celles observées dans tous les pays qui ont trop vite levé le pied face aux mesures à prendre contre le Covid-19, c’est-à-dire une explosion du nombre de contaminés. On le saura dès la fin du mois de mai et courant juin», prévoyait alors l’analyste.

Des dispositions plus draconiennes devraient être prises pour juguler l’expansion de la pandémie.

Un point d’eau à Limani, région de l’Extrême-Nord du Cameroun  - Sputnik France
Au Cameroun, les autorités sanitaires n’ont pas à choisir entre le Covid-19 et le choléra
Pour Parfait Mbvoum, «nous risquons de passer à la troisième phase de contamination générale et généralisée si rien n’est fait».

«Pour ne pas en arriver là, il faut d’abord avoir les chiffres véritables, notamment la carte réelle des infections selon les quartiers, les villages, les arrondissements, les départements et les régions. Dès que l’on aura toutes ces données, on procédera à des confinements par zone. On ne peut pas contrôler un virus, qui est immatériel, de façon hasardeuse», précise l’épidémiologiste.

La multiplication des cas aujourd’hui donne raison à ceux qui prédisaient le pire après les mesures d’assouplissement décidées par le gouvernement camerounais. Alors que la pandémie continue de faire des ravages dans le pays, Yaoundé a annoncé la reprise des cours dans les établissements scolaires pour le 1er juin prochain. Une autre décision qui suscite moult controverses dans les milieux politiques et au sein de la communauté éducative. Parents et enseignants demeurent sceptiques quant à la capacité du gouvernement à garantir la sécurité des élèves au vu de leur gestion peu rassurante de cette crise. 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала