Nombre anormal de requins-pèlerins observés en Méditerranée

Les signalements de requins-pèlerins sur les littoraux méditerranéens ont été plus nombreux ce printemps que d’habitude. Le confinement et le passage de la tempête Gloria sont des causes avancées pour expliquer ce phénomène.

Les signalements de requins-pèlerins sur les côtes méditerranéennes sont en nette hausse ce printemps, comparés aux années précédentes, rapporte le quotidien espagnol La Vanguardia. En effet, quinze observations de ces animaux ont été jusqu’à présent recensées.

Les scientifiques y voient un effet indirect de l’épidémie de Covid-19 et du confinement l’accompagnant. Les activités nautiques ayant décrues, les animaux seraient plus facilement observables.

«La réduction du trafic maritime et des activités de pêche, résultat du confinement dû à la pandémie, pourrait être liée à l'augmentation des observations de requins. Les requins-pèlerins ont tout le loisir de rester tranquillement en surface et cela facilite aussi les observations», explique à La Vanguardia Claudio Barria, chercheur à l'Institut des sciences marines (ICM-CSIC) de Barcelone.

Tempête Gloria et réseaux sociaux

Les requins-pèlerins, considérés comme les plus gros poissons vivants après les requins-baleines, ont pour habitude de se rapprocher des côtes au printemps, pour la saison des amours, précise encore Claudio Barria au quotidien espagnol.

Un grand requin blanc - Sputnik France
Un pêcheur contraint de boxer un grand requin blanc et de lui ouvrir la gueule pour se sauver

Mais le passage de la tempête Gloria, qui s’est abattue sur l’Espagne et le sud de la France en janvier dernier, pourrait aussi expliquer cette recrudescence de requins-pèlerins. En effet, la tempête et les fortes précipitations ont pu faciliter le transport des nutriments des rivières jusqu’aux côtes. Les planctons, dont se nourrissent ces animaux, ont également profité du passage de la tempête, explique le chercheur.

«Certaines études indiquent que la tempête Gloria, à partir de janvier de cette année, aurait pu augmenter un peu la production primaire et l'apparition plancton qui attirent la présence de requins», détaille Claudio Barria à La Vanguardia.

Enfin, l’activité sur les réseaux sociaux durant le confinement a pu également favoriser le partage d’informations, et jouer un rôle dans la hausse des signalements de requins-pèlerins.

«Nous avons reçu de nombreuses photos et vidéos avertissant de la présence de cétacés et de requins sur nos côtes […] L'augmentation du nombre de personnes regardant la mer pendant le confinement et le fait de prêter plus d'attention à ce qui nous entoure pourraient expliquer l’afflux de ces images», expliquent ainsi les experts de l'association Cetacea à La Vanguardia.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала