Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Nouveau rebondissement dans l’affaire du Libyen arrêté dans un aéroport au Maroc avec un visa falsifié

S'abonner
Le visa falsifié découvert début mars sur le passeport d’un ressortissant libyen à son arrivée à l’aéroport Mohammed V de Casablanca a été l’œuvre d’un réseau dirigé par une libyenne, propriétaire d’une agence de voyage à Tunis, ont confié des sources au site Le 360. Une enquête est toujours en cours.

Arrivé à bord d’un avion de la compagnie Royal Air Maroc (RAM) à l’aéroport Mohammed V de Casablanca quelques jours avant la fermeture de l’espace aérien marocain, un entrepreneur libyen a été interpellé au poste de contrôle de la police aux frontières qui a constaté que son visa d’entrée était falsifié. Le site d’information Le 360 rapporte mardi 2 juin, citant des sources judiciaires, que l’enquête des services de la police judiciaire a conclu à l’existence d’un réseau de falsification de visas, y compris Schengen, dirigé par une libyenne depuis la capitale tunisienne, Tunis.

Ainsi, le média indique que le mis en cause, originaire de la ville de Misrata, dans le nord-est de la Libye, a avoué que son visa avait été «confectionné par un réseau dirigé par une Libyenne responsable d’une agence de voyage dans la capitale tunisienne» et dont il a révélé l’identité.

Chasseurs américains F-16 - Sputnik France
Le Maroc concrétise un contrat d’armement avec les USA de neuf milliards de dollars malgré la crise économique
Plus en détails, lors de son passage aux aveux, le prévenu a expliqué que la directrice de l’agence de voyage l’a accompagné au consulat du Maroc à Tunis «où elle disait devoir rencontrer quelqu’un». À son retour, poursuit-il, elle lui a rendu «son passeport estampillé du visa marocain, et ce moyennant 300 dollars».

Selon les sources du 360, les résultats de l’enquête menée par les éléments de la police judiciaire ont révélé que la cheffe du réseau, dont l’agence de voyage n’est qu’une couverture pour son activité illégale, «lui avait auparavant délivré un visa Schengen, probablement falsifié, avec lequel il aurait voyagé en France à plusieurs reprises».

L’enquête des services de la police de Casablanca est toujours en cours pour tenter d’identifier d’éventuelles ramifications du réseau.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала