Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Flotte russe surveille de près un navire militaire français entré en mer de Barents

© Sputnik . Pavel Lvov  / Aller dans la banque de photosАрктический архипелаг Земля Франца-Иосифа
Арктический архипелаг Земля Франца-Иосифа - Sputnik France
S'abonner
Suite à l’entrée d’un bâtiment français dans la mer de Barents, au nord-est de la Russie, la Flotte du Nord de la Fédération suit ses actions, déclare la Défense russe. La veille de cette annonce, le ministère français des Armées annonçait la participation du bâtiment en question et de son détachement à un exercice de la Marine norvégienne.

La Flotte russe du Nord a entamé la surveillance d’une frégate de la Marine française entrée le 5 juin dans les eaux de la mer de Barents, annonce le Centre national de la gestion de Défense de la Fédération de Russie.

«Les forces et les moyens de la Flotte du Nord ont entamé la surveillance de la frégate Aquitaine de la Marine française, entrée le 5 juin 2020 dans les eaux de la mer de Barents», est-il indiqué.

La veille de la parution de ces informations, la Défense française a annoncé que la frégate Aquitaine, à l’occasion de son déploiement en Atlantique Nord, et son détachement Caïman Marine, ont été intégrés au traditionnel exercice «weekly war» de la Marine norvégienne dans le Vestfjorden, à l’est des îles Lofoten.

Groupe naval de l’Otan début mai

Du 4 au 8 mai, cette région a déjà vu entrer un groupe de navires de l’Otan composé de trois destroyers américains -Porter, Donald Cook et Roosevelt- et d’une frégate britannique.

Des navires de l’Otan en mer de Barents, le 4 mai 2020 - Sputnik France
Que font les navires de l’Otan en mer de Barents, pour la première fois depuis la fin de la guerre froide?
Sur son site, la Sixième flotte des États-Unis a alors précisé que les bâtiments étaient engagés dans une opération de sécurité maritime conjointe dans les conditions environnementales difficiles au-delà du cercle polaire.

Plus tard, le chef de la Direction opérationnelle principale de l’état-major, Sergueï Roudskoï, a fait savoir que lors de leurs exercices, les bâtiments en question s’entraînaient à la frappe de cibles situées sur le sol russe et à l’interception de missiles balistiques russes, relevant que ces actions étaient provocatrices.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала