«Tout ne peut pas être décidé si souvent à Paris»: Macron prône davantage de décentralisation

S’adressant ce dimanche 14 juin au soir aux Français pour la quatrième fois depuis le début de l’épidémie de Covid-19, Emmanuel Macron constate que l'organisation de l'État «doit changer» et prône davantage de décentralisation.

Lors de l’allocution de ce dimanche, Emmanuel Macron a estimé que pendant la crise du coronavirus «les territoires ont montré leur ingéniosité» et a appelé à leur faire «davantage confiance».

Emmanuel Macron - Sputnik Afrique
La page du premier acte de la crise est tournée: la France métropolitaine passe en zone verte, annonce Macron

«J’en ai la conviction profonde, l’organisation de l’État et de notre action doit profondément changer. Tout ne peut pas être décidé si souvent à Paris», a-t-il souligné.

Pour cette raison, le Président trouve nécessaire de libérer «la créativité et l’énergie du terrain».

«Je veux ouvrir une page nouvelle donnant des libertés inédites et des responsabilités à ceux qui agissent au plus près de nos vies, responsabilités pour nos hôpitaux, nos universités, nos maires et beaucoup d'autres acteurs essentiels», a déclaré le Président.

Vers une Europe indépendante

Dans son allocution, le Président a souligné que le plan de reconstruction de la vie économique devait se faire avec l’Europe. Il a notamment évoqué un accord franco-allemand autour d’un endettement conjoint et d’un plan d’investissement pour redresser l’économie du continent, le qualifiant de «tournant historique».

Emmanuel Macron - Sputnik Afrique
Quatrième allocution d’Emmanuel Macron depuis le début de la crise sanitaire - vidéo

«C’est le résultat d’un travail acharné, initié par la France, et que nous menons depuis trois ans. Ce peut être là une étape inédite de notre aventure européenne et la consolidation d’une Europe indépendante qui se donne les moyens d’affirmer son identité, sa culture, sa singularité face à la Chine, aux États-Unis et dans le désordre mondial que nous connaissons. Une Europe plus forte, plus solidaire, plus souveraine. C’est le combat que je mènerai en votre nom dès le Conseil européen de juillet et dans les deux années à venir», a-t-il conclu.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала