Action de soutien mutuel de policiers et de soignants en pleine nuit dans l’Essonne – vidéos

CC BY-SA 3.0 / poudou99 / Gare Corbeil-EssonnesLa gare de Corbeil-Essonnes, Corbeil-Essonnes, département de l'Essonne (France)
La gare de Corbeil-Essonnes, Corbeil-Essonnes, département de l'Essonne (France) - Sputnik France
La grogne face à l’état des choses dans les institutions hospitalière et policière a poussé des soignants et des officiers de police à venir manifester spontanément et à s’exprimer un soutien mutuel devant l’hôpital de Corbeil-Essonnes dans la nuit du 17 au 18 juin, indique Actu17.

Des dizaines d’agents de police et de soignants se sont rassemblés devant le Centre hospitalier sud francilien (CHSF) de Corbeil-Essonnes dans la nuit de mercredi à jeudi aux environs de 01h00, selon les informations d’Actu17. Cette action de soutien mutuel s’inscrit dans une vague de mobilisations de policiers et personnel soignant dans plusieurs villes françaises alors que ces deux sphères traversent une période de crise.

«Nous entretenons d’excellents rapports avec eux», a confié un policier venu manifester à côté du personnel soignant devant l’hôpital de Corbeil-Essonnes.

«Alors que certains cherchent à nous diviser, nos métiers et nos engagements sont complémentaires et indispensables», a souligné sur Facebook le syndicat Alliance police nationale de l’Essonne faisant référence à l’interpellation de l’infirmière Farida le 16 juin à Paris.

Devant le château de Vincennes, dans le Val-de-Marne, des centaines d’agents de police sont descendus manifester pour la cinquième nuit de suite.

Grogne et actions

Des policiers français déposent symboliquement leurs menottes pour montrer leur colère. (Photo by NICOLAS TUCAT / AFP) - Sputnik France
«Lynchés par des médias à la solde du CAC 40»: un policier crie sa colère
Un vent de colère a soufflé dans les rangs des policiers et des soignants ces derniers temps, respectivement après les annonces de Christophe Castaner et la crise sanitaire induite par l’épidémie de Covid-19. Le syndicat Unité-SGP-FO a notamment appelé les policiers à venir jeter leurs menottes devant les commissariats pour dénoncer les mesures annoncées.

Dans le cadre de l’opération #Jediscolère le personnel soignant se réunit chaque semaine devant l’hôpital Robert-Debré pour obtenir des «garanties» sur les salaires des soignants et sur l'avenir du système hospitalier. Des actions de soutien à l’infirmière de 50 ans, arrêtée à Paris le 16 juin après avoir jeté des pierres sur les forces de l’ordre, se sont tenues dès lors.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала