Deux CRS en civil se laissent frapper au Mans pour ne pas être taxés de violences policières

Pris pour cibles par plusieurs personnes dont une Noire au Mans, deux CRS en civil ont décidé de ne pas répliquer pour éviter qu’on «parle de violences policières», indique Le Parisien citant un procès verbal. L’un d’eux a subi une double fracture de la jambe et a reçu 45 jours d’ITT.

Deux policiers en civil agressés près d’un bar au Mans n’ont pas répliqué aux coups pour ne pas être mis en cause sur fond de polémique sur les violences policières, relate Le Parisien en se référant aux témoignages des fonctionnaires concernés.

Rassemblement à Paris en faveur de la régularisation des sans-papiers, le 20 juin - Sputnik France
Fusion des cortèges contre les violences policières et pour la régularisation des sans-papiers à Paris – images
Les faits se sont déroulés la nuit du 11 au 12 juin au centre-ville. Les deux CRS se trouvaient dans un bar lorsqu’un conflit entre clients a éclaté à l’extérieur. Afin de «prêter main-forte aux personnes qui se faisaient déranger», un premier agent a décidé d’intervenir, indique le quotidien citant un procès-verbal qu’il a pu consulter. Le second l’a rejoint aussitôt.

La phrase «nous sommes de la police, calmez-vous» n’a eu aucun effet, précise celui-ci. C’est au moment où les CRS s’apprêtaient à rentrer à l’intérieur de l’établissement, que le premier s’est fait attaquer par un homme qui faisait partie du groupe en conflit comportant également deux femmes «en furie».

«Il était au sol, en position fœtus et il recevait une pluie de coups», assure le second agent en décrivant la réaction de son collègue à cette agression. Celui-ci aura une double fracture tibia-péroné, indique Le Parisien.

Une Noire attaque

Le policier qui observe l’agression a ainsi décidé de ne pas répondre lui-même aux coups portés par une femme: «Je n'ai pas souhaité la frapper car c'était une femme, noire qui plus est. Avec le contexte particulier du moment, je ne voulais surtout pas que l'on parle de violences policières», indique-t-il dans le procès-verbal.

Mobilisation nocturne des policiers en colère sous la Grande Arche de La Défense, 15 juin 2020 - Sputnik France
Une ancienne policière témoigne: «les gens oublient la violence qui nous est faite, une violence permanente»
L’agent blessé lors de cette attaque a reçu 45 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT).

«Certains collègues préfèrent désormais s'abstenir de répondre à la violence, de peur de se retrouver dans la galère », précise Frédéric Lagache, délégué général du syndicat de policiers Alliance, cité par Le Parisien.

Une enquête a été ouverte pour violences ayant entraîné une ITT supérieure à huit jours en réunion et en état d'ivresse manifeste sur personne dépositaire de l’autorité publique. Trois individus ont été mis en cause, dont deux ont été placés en détention provisoire. La troisième personne se trouve sous contrôle judiciaire, souligne le quotidien.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала