Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Il poignarde une vingtaine de fois sa femme, son fils la sauve, la justice le condamne à deux ans de prison

S'abonner
Une discussion familiale s’est terminée par un homme qui s’est mis un coup de couteau après avoir poignardé une vingtaine de fois sa femme qui a été sauvée par leur fils de 17 ans à Calais en janvier. L’agresseur a été condamné à deux ans de prison et un an avec sursis, fait savoir La Voix du Nord.

Après qu’un homme a donné une vingtaine de coups de couteau à sa femme, il a retourné son arme blanche contre lui, avant que leur fils n’intervienne et maîtrise la situation qui s’est déroulée en janvier dernier à Calais, relate La Voix du Nord. Ce mardi, l’homme a été condamné à deux ans de prison ferme et un an avec sursis.

voitude de police - Sputnik France
Une femme poignardée par son mari en Alsace, sa fille pointe du doigt les forces de l’ordre

Le drame s’est produit quand la mère de famille, qui habite avec son compagnon depuis 19 ans, est rentrée à la maison. Tout a commencé par une dispute familiale qui a duré jusqu’à six heures du matin. C’est à ce moment que l’homme s’est armé d’un couteau.

Alors que sa femme a tenté de se protéger en lui donnant des coups de poing, il l’a poignardée en réponse une vingtaine de fois. Leur fils de 17 ans est intervenu pour sauver sa mère qui a fui chez une voisine. Par la suite, l’agresseur s’est grièvement poignardé.

Les deux personnes ont été hospitalisées en urgence avec un pronostic vital engagé pour la femme.

Il reconnaît les faits

Devant la cour, le prévenu a reconnu les faits en les expliquant par la dépression causée par le décès de son frère.

«Ça n’allait pas, je me sentais responsable de tout, la jalousie est arrivée plus tard. On m’avait dit de consulter un psychologue», a-t-il expliqué devant les juges, cité par le média.

Sa compagne et victime a confirmé ses dires tout en assurant qu’elle voudrait revenir à une vie calme de couple. De plus, elle a relaté qu’au moment de l’attaque il ne l’a pas reconnue, «son visage était noir».

Selon l’expertise psychiatrique, le quadragénaire avait subi une altération du discernement au moment des faits.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала