L’Iran compte sur la technologie «sophistiquée» de la France pour extraire les données d’une boîte noire

© Sputnik . Société du Croissant-Rouge de la République islamique d'IranUn fragment du Boeing ukrainien abattu en Iran
Un fragment du Boeing ukrainien abattu en Iran - Sputnik France
Faute de moyens pour extraire des données d’une boîte noire endommagée du Boeing ukrainien abattu près de Téhéran, les autorités iraniennes l’ont envoyée en France, a indiqué ce lundi 29 juin le procureur militaire de Téhéran.

Une boîte noire du Boeing 737-800 ukrainien abattu en janvier par un missile iranien dans le ciel de Téhéran a été envoyée en France, annonce Associated Press.

Le Boeing 737 ukrainien abattu par l'Iran - Sputnik France
La date où l'Iran enverra en France les boîtes noires du Boeing ukrainien abattu précisée

L’agence de presse cite le procureur militaire de Téhéran, Gholam Abbas Torki qui, sans donner de précisions, a indiqué que l'enregistreur était «physiquement endommagé» et que les données ne pouvaient être récupérées qu'avec une technologie «sophistiquée».

Il a ajouté que les experts iraniens n'étaient pas en mesure d'acquérir le convertisseur nécessaire en raison des sanctions américaines.

Assistance française

Vendredi 26 juin, le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) pour la sécurité de l'aviation civile français a annoncé que l'Iran lui a officiellement «demandé l'assistance technique» pour réparer et télécharger les données des boîtes noires du Boeing ukrainien.

Crash du Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines en Iran - Sputnik France
Un milliard d’euros demandé à Téhéran en indemnisation du Boeing abattu

L'organisme français a indiqué que «les travaux devraient débuter le 20 juillet» et se dérouler dans le cadre d'une «enquête de sécurité dirigée par l'Iran».

Abattu par erreur

Dans la nuit du 7 au 8 janvier, un missile iranien a détruit un Boeing 737-800 ukrainien avec 176 personnes à bord peu après son décollage de Téhéran et à destination de Kiev.

Les autorités iraniennes avaient d’abord justifié le drame par une défaillance technique survenue à bord de l’aéronef, avant d’assumer leur responsabilité le 11 janvier. Selon les militaires iraniens, l’avion volait près d’un site militaire du pays et a été pris pour une «cible ennemie», à savoir un missile de croisière.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала