Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un conducteur recourt à cette extrémité pour échapper à son arrestation en Normandie

CC0 / Paul Townley / Voiture de police
Voiture de police - Sputnik France
S'abonner
Un jeune homme a délibérément engagé une course-poursuite avec la police à proximité d’Alençon le 9 juillet puis a tenté de faucher un policier. Interpellé, il devrait être mis en examen pour «tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique».

Un automobiliste d’une vingtaine d’années est arrivé le 9 juillet en dérapant devant le commissariat d’Alençon, en Normandie, et a fait vrombir vers 21h45 son moteur pendant plusieurs minutes. Puis il a «fait un doigt d’honneur» à un équipage de police, selon le procureur François Coudert, cité par Ouest-France.

Police - Sputnik France
Un forcené débarque dans un commissariat parisien armé de plusieurs couteaux
Une course-poursuite s’est engagée. Un barrage a été installé pour stopper la voiture. Le conducteur a alors foncé sur des officiers qui ont juste eu le temps de s’écarter, et le véhicule fou a continué sa course en direction de Sées.

Un nouveau barrage a été aménagé à la sortie de la ville avec l’aide de la gendarmerie, mais le fuyard a refusé de s’arrêter. Il a foncé dans une voiture des forces de l’ordre qui a finalement arrêté sa course à une cinquantaine de mètres de la gendarmerie de Sées.

Le mis en cause, âgé de 25 ans, a été placé en garde à vue au commissariat de police d’Alençon pour «tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique».

Il reconnaît les faits

La Préfecture de police de Paris - Sputnik France
Les courses-poursuites, interdites aux policiers depuis 2015, sont de nouveau autorisées en région parisienne
Une reconstitution organisée 24 heures après les faits a permis d’établir que le jeune avait accéléré peu avant le barrage et fait un écart délibéré vers un agent. Celui-ci a dû se jeter sur le capot d’une voiture de police pour ne pas être heurté, précise François Coudert. Pendant sa garde à vue, le prévenu a fait oui de la tête lorsqu’il lui a été demandé s’il reconnaissait avoir voulu tuer le fonctionnaire.

Ce samedi, l’homme, déjà connu de la justice, devrait être présenté devant la Chambre criminelle de Caen.

Le 16 juin dernier, il avait été condamné à deux mois de prison avec sursis pour violence avec arme, selon le procureur de la République.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала