À Alger, des escrocs se faisaient passer pour des fonctionnaires de la présidence

© Sputnik . Kamal LouadjManifestation à Alger après l'annonce des résultats de l'élection présidentielle
Manifestation à Alger après l'annonce des résultats de l'élection présidentielle - Sputnik France
Une source sécuritaire a indiqué au site d’information Algérie 1 qu’un réseau de huit personnes qui usurpaient l’identité de fonctionnaires de la présidence de la République pour extorquer de l’argent à leurs victimes a été démantelé à Alger. Trois d’entre eux seraient en détention provisoire et les cinq autres sous contrôle judiciaire.

La police algérienne a arrêté à Alger huit individus qui escroquaient leurs victimes en se faisant passer pour des fonctionnaires à la présidence de la République, a confié une source sécuritaire au site d’information Algérie 1.

«Les concernés agissaient au nom d’une association non agréée, en faisant croire aux victimes, pour les escroquer, qu’ils collaboraient avec la présidence de la République», a révélé la source.

Et d’expliquer que «les mis en cause ont illégalement délivré à des citoyens des autorisations de circulation durant le confinement en contrepartie de sommes d’argent, de même qu’ils ont collecté des dons détournés de leur destination initiale, et fourni des autorisations et documents à des étrangers», selon le média.

Présentés au procureur

Exercices à tirs réels Bouclier 2020 à Oran - Sputnik France
Le site militaire FAR-Maroc publie des photos satellites montrant des «bases algériennes» à la frontière - vidéo
Les huit prévenus ont été présentés au procureur de la République du tribunal de Bir Mourad Raïs, à Alger, qui a ordonné de placer trois d’entre eux sous mandat de dépôt et les cinq autres sous contrôle judiciaire. Le procureur a également émis des mandats d’arrêt à l’encontre d’autres suspects, selon la même source.

Les mis en cause sont poursuivis pour «usurpation d'une qualité légalement réglementée, escroquerie, faux et usage de faux, immixtion dans des fonctions publiques, civiles ou militaires ou accomplissement d’un acte d’une de ces fonctions».

Selon Algérie 1, l’enquête est toujours en cours pour identifier le reste des suspects et d’autres éventuelles victimes de ce réseau.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала