Nord Stream 2: «La politique européenne doit être déterminée en Europe et non par des pays tiers», selon Josep Borrell 

© Sputnik . Ilya Pitalev  / Aller dans la banque de photosConstruction du gazoduc Nord Stream 2, archives
Construction du gazoduc Nord Stream 2, archives  - Sputnik Afrique
Le haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité a déclaré, en commentant les sanctions des États-Unis, que la politique européenne devait être déterminée en Europe et non par des pays tiers. Il faisait notamment référence au Nord Stream 2 et au Turkish Stream.

Chantier du gazoduc Nord Stream 2 (archive photo) - Sputnik Afrique
La Russie et l’Allemagne commentent les menaces américaines contre Nord Stream 2
L'Union européenne est profondément préoccupée par la multiplication des cas d'application ou de menace de sanctions de la part des États-Unis contre les entreprises européennes, y compris les projets Nord Stream 2 et Turkish Stream, a déclaré le haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, dans un communiqué publié le 17 juillet.

«Je suis profondément préoccupé par le recours croissant aux sanctions, ou à la menace de sanctions, par les États-Unis contre les entreprises et les intérêts européens. Nous avons été témoins de cette évolution dans les cas de l'Iran, de Cuba, de la Cour pénale internationale et, plus récemment, des projets Nord Stream 2 et Turkish Stream», s’indigne-t-il.

En outre, il a souligné que l’UE s’opposait en principe à l’application de sanctions par des pays tiers à l’encontre des entreprises menant des activités légales. Et il a noté que de telles mesures allaient à l'encontre du droit international: 

«La politique européenne doit être déterminée ici en Europe et non par des pays tiers».

Les menaces de Mike Pompeo

Le département d'État américain a publié mercredi 15 juillet des recommandations en vertu de la loi CAATSA en y incluant le gazoduc Nord Stream 2 et la deuxième ligne du Turkish Stream 2. Mike Pompeo a qualifié cela de «signal clair pour les entreprises participant aux projets»: «Sortez immédiatement [des projets, ndlr] ou il y aura des conséquences».

Réactions de la Russie et de l’Allemagne

Le Kremlin a qualifié ces menaces de poursuite d’une «concurrence déloyale» et d’une «pression brutale» sur les entreprises européennes.

Berlin, à son tour, a déclaré que l'Europe avait droit à sa propre politique énergétique.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала