Téhéran souhaite acheter de nouveaux armements à la Russie

© Sputnik . Ilia Pitalev / Aller dans la banque de photosDes chars T-90M lors du défilé de la Victoire à Moscou
Des chars T-90M lors du défilé de la Victoire à Moscou - Sputnik France
L’Iran et la Russie se doivent de développer une coopération économique bilatérale qui «est loin d’avoir épuisé son potentiel» et Téhéran prévoit d’acheter de nouvelles armes à Moscou, a déclaré l’ambassadeur iranien à Moscou.

Téhéran souhaite acheter des armements sophistiqués et Moscou est un partenaire privilégié dans le domaine de la collaboration technique et militaire, a déclaré ce lundi 20 juillet l’ambassadeur d’Iran en Russie, Kazem Jalali.

«Il est évident que c’est le cas», inque-t-il dans une interview au journal russe Kommersant, répondant à la question de savoir si l’Iran était intéressé par l’achat d’armes russes.

«Nous procèderons à des consultations avec la Russie sur ce qui nous est nécessaire pour renforcer notre capacité défensive. Le gouvernement et le peuple russes étaient et restent avec nous dans nos moments difficiles. […] La Russie possède un important potentiel dans ce domaine et nous espérons que nos relations dans le secteur ne feront que se renforcer avec le temps», souligne-t-il.

Et d’ajouter que la Russie est «un partenaire privilégié» pour l’Iran.

Développer la collaboration économique

Les S-400 russes - Sputnik France
La Turquie s’engage à garder confidentielles les données sur les S-400 russes
Kazem Jalali a également évoqué le développement de la coopération économique entre les deux pays. Il a affirmé que les problèmes étaient nombreux et qu’il était indispensable de les examiner, notamment au niveau des dirigeants de Moscou et Téhéran.

«Nos relations dans la politique et le domaine de la sécurité se développent intensément, alors que la coopération économique est loin d’avoir épuisé son potentiel», note-t-il.

Il a entre autres estimé nécessaire de mettre en place un club des pays frappés par des sanctions américaines, lequel pourrait comprendre la Russie, la Chine et l’Iran. Les trois pays «doivent coopérer, s’aider et se compléter entre eux», conclut-il.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала