Véran constate une «dynamique épidémique» inquiétante mais «nous sommes très loin» d’une deuxième vague – vidéo

© AP Photo / Goeffroy van der HasseltOlivier Véran, archives
Olivier Véran, archives  - Sputnik France
Le ministre de la Santé a affirmé sur franceinfo que certains signes de reprise de l’épidémie étaient «inquiétants», mais a nié l’arrivée imminente d’une deuxième vague. Selon lui, le territoire compte pourtant entre 400 et 500 clusters de coronavirus.

Lundi 20 juillet, Olivier Véran s’est exprimé sur le plateau de franceinfo concernant le port du masque obligatoire dans les lieux fermés, mais aussi sur les craintes d’une seconde vague. Il a tout d’abord réaffirmé faire confiance «à l’esprit de responsabilité des Français» qui «détiennent les clés du combat contre le virus».

Le ministre de la Santé a relevé certains indicateurs inquiétants, qu’il appelle «signaux faibles de circulation du virus», à savoir une augmentation du facteur de reproduction. Cette tendance signifie «qu’on est sur une pente croissante de circulation du virus, même si nous partons de taux de contamination qui sont bas», a-t-il précisé.

La tour Eiffel , vue aérienne de Paris - Sputnik France
Vers un regain épidémique? Les eaux usées de Paris révèlent des traces de coronavirus

Un autre indicateur est le nombre d’appels à SOS Médecins, mais qui peut toutefois être en partie expliqué par le fait que davantage de médecins de famille sont partis en vacances. Le nombre d’appels au Samu et aux urgences est également pris en compte, mais aussi le taux de positivité des tests. Dans le Grand Est, cette proportion a augmenté en comparaison avec le nombre de tests effectués.

Il a également mentionné la Mayenne, département toujours en alerte, dans lequel il se rendra cet après-midi. Il estime néanmoins que «nous sommes très loin» d’une deuxième vague épidémique mais reconnaît qu’il y a une «dynamique de circulation du virus» qui inquiète.

Des centaines de clusters

M.Véran a indiqué qu’il y avait actuellement entre 400 et 500 clusters épidémiques répertoriés en France. «Nous constatons qu’il y a un relâchement», a-t-il alerté, mettant en garde sur les réunions familiales, susceptibles de constituer de nouveaux foyers de contamination. «Cela doit inquiéter les Français, pour qu’ils puissent réagir» en appliquant les gestes barrières.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала