Un élu et avocat accusé par la Sorbonne d’avoir plagié sa thèse fait face aux conséquences

L'université Paris-1-Panthéon-Sorbonne reproche à Arash Derambarsh, adjoint au maire de Courbevoie, d'avoir largement plagié sa thèse. Son diplôme de docteur en droit est donc annulé, rapporte Le Parisien le 26 juillet. «Je conteste. Je fais appel», affirme l’élu.

Connu pour la lutte contre le gaspillage alimentaire, Arash Derambarsh, adjoint au maire de Courbevoie et avocat, a été accusé par l'université Paris-1-Panthéon-Sorbonne d’avoir en grande partie plagié sa thèse, relate Le Parisien.

Gad Elmaleh - Sputnik France
«Qu'ils aillent se faire...»: Gad Elmaleh répond aux accusations de plagiat (vidéo)
L’établissement a pris la décision d’annuler son diplôme de docteur en droit grâce auquel il était devenu avocat.

«Évidemment, je conteste. Je fais appel. Tout cela est invraisemblable!», s’indigne M.Derambarsh.

Selon son avocat, Me Yassine Bouzrou, il «concède avoir commis des erreurs de méthodologie mais pas de plagiat.»

Soutenue en décembre 2015

La thèse en question porte sur les fichiers policiers et est intitulée «Fichier de police, un encadrement légal et sociétal dans un environnement controversé». Elle a été soutenue en décembre 2015.

Un lanceur d’alerte a informé l’université trois ans et demi plus tard que le résumé de la thèse était «une reprise pure et simple de l'introduction d'un rapport public relatif aux fichiers de police et gendarmerie». 

Logo YouTube - Sputnik France
Mais qui est CopyComic, l’anti-plagiat de l’humour? Kheiron et Baptiste Lecaplain démentent
La section disciplinaire de la Sorbonne a considéré dans un document de quarante pages daté du 10 juillet dernier que la thèse d'Arash Derambarsh était en effet «un assemblage de textes publiés par d'autres auteurs que lui-même et recopiés selon un ou plusieurs des procédés plagiaires visant à faire croire au lecteur que M.Derambarsh en est l’auteur».

Protégée par une clause de confidentialité

Selon Le Parisien, la thèse est protégée par une clause de confidentialité: elle n’aurait dû être accessible à quiconque pendant trente ans.
L'université a toutefois levée cette clause afin d’examiner les cinq cents pages signées Derambarsh.

Après les avoir vérifiées à l'aide du logiciel Compilatio, lequel détecte les copies frauduleuses, l’établissement a dévoilé les résultats: un taux de plagiat de 76% sur l'ensemble du document. Et un taux proche de 100% sur «un certain nombre de pages».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала