Edwy Plenel se range du côté du maire de Colombes pour ses propos sur la «police de Vichy»

Edwy Plenel a pris la défense du maire écologiste de Colombes qui avait comparé les gendarmes français ayant mis en œuvre la rafle du Vel d’Hiv sous le régime de Vichy à «ceux qui aujourd’hui traquent les migrants».

Le maire écologiste de Colombes (Hauts-de-Seine), Patrick Chaimovitch, a indigné l’opinion publique en comparant, dans un discours de commémoration de la rafle du Vel d’Hiv le 19 juillet, les gendarmes au service du régime de Vichy à ceux d’aujourd’hui. Le ministre de l’Intérieur avait même déposé une plainte. Or, Edwy Plenel, directeur et cofondateur du site Web d'information et d'opinion Mediapart, sur son compte Twitter, s’est plutôt rangé du côté du nouvel édile.

«L'inculture historique de l'actuelle classe politique française me sidère», a-t-il lancé. Car, poursuit-il, «l’État français de Vichy, qui a collaboré (ses administrations, sa police, sa justice), était issu de la IIIe République», signifiant que l’actuelle République était exposée aux mêmes périls.

«Une vérité historique»

Gérald Darmanin - Sputnik France
Un maire EELV compare les forces de l’ordre actuelles à celles de Vichy, Darmanin réagit – vidéo
Le maire de Colombes avait notamment déclaré que «les policiers français, les gendarmes français qui ont obéi aux ordres de leurs supérieurs en mettant en œuvre la rafle du Vel d’Hiv et d’autres rafles après et ailleurs sont les ancêtres de ceux qui, aujourd’hui avec le même zèle, traquent les migrants, les sans-papiers».

Poursuivant sa série de tweets «pro-Chaimovitch», Edwy Plenel réitère: «La collaboration française au crime nazi s’enracine dans les dérives xénophobes et répressives de la IIIe République finissante».

​Et de souligner, dans un autre tweet, que M.Chaimovitch «n’a fait qu’énoncer une vérité historique».

​Il revient sur sa déclaration

Étoile jaune  - Sputnik France
La raison pour laquelle la France a mis 50 ans à reconnaitre sa responsabilité dans la déportation des Juifs
Cependant, dans un communiqué adressé à l'AFP le 27 juillet, Patrick Chaimovitch a dit «regretter que [s]on propos ait pu porter à confusion», tout en rappelant son «soutien aux policiers et aux gendarmes qui exercent la lourde responsabilité républicaine de sécurité dans des conditions extrêmement difficiles».

«Il n'y a pour moi aucune comparaison possible entre police et gendarmerie d'un État démocratique d'une part, et police et gendarmerie de l'État pétainiste d'autre part», a-t-il souligné, en rejetant tout parallèle entre «le sort des migrants» et celui «des juifs promis à l'extermination».

Edwy Plenel, habitué des phrases controversées

En mars dernier, Edwy Plenel s’était fait remarquer en exprimant son plaisir face à l’épidémie de Covid-19. «Le virus, il est révolutionnaire. Il empêche la privatisation d'ADP (Aéroports de Paris), il fait un krach boursier…», avait-il lancé, ironisant, sur le plateau de France 5.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала