Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Proposition de loi: les députés du RN s’attaquent à l’écriture inclusive

S'abonner
Les députés du Rassemblement national ont déposé un projet de loi visant à bannir l’écriture inclusive des documents rédigés par des représentants des pouvoirs publics ou des bénéficiaires de l’argent public. Dans leur viseur: les élus écologistes récemment élus lors des dernières Municipales, qui l’ont utilisé dans des documents officiels.

En réaction au choix d’élus écologistes d’utiliser l’écriture inclusive, les parlementaires du Rassemblement national ont déposé une proposition de loi visant à interdire son usage «de droit public, d’une personne privée exerçant une mission de service public ou d’une personne privée bénéficiant d’une subvention publique».

Le projet des députés RN concerne «les pratiques rédactionnelles et typographiques visant à substituer à l’emploi du masculin, lorsqu’il est utilisé dans un sens générique, une graphie faisant ressortir l’existence d’une forme féminine

Un livre ouvert, image d'illustration - Sputnik France
Montréal veut adopter l’écriture inclusive: «on confond le linguistique et le sociologique»
En clair, c’est surtout la pratique du «point médian», qui consiste à accoler les formes masculines et féminines d’un mot («les institut·eurs·trices») qui est dans leur collimateur. Ainsi le projet ne remet-il pas en cause l’accord des grades, métiers ou titres en fonction du genre, ni à la préférence donnée aux termes plus universels et non genrés. Les parlementaires RN n’ont de surcroît pas remis en cause le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes, qualifié dans le texte d’«objectif qui doit être défendu de manière résolue».

À Lyon, la droite dans son ensemble semble s’inquiéter de l’usage de l’écriture inclusive, puisque Béatrice de Montille, élue LR à Lyon, a interpellé le maire Grégory Doucet lors du premier conseil municipal, le 30 juillet dernier. Si l’édile écologiste affirme n’avoir pris «aucune décision concernant l’écriture inclusive», il a annoncé son souhait d’«ouvrir ce débat» sur la question.

En marge de ce débat à Lyon, Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées depuis 2017, a ajouté le 20 juillet dernier son grain de sel, jugeant l’écriture inclusive «illisible pour beaucoup de personnes en situation de handicap». Ainsi serait-elle une «régression» pour l’Accessibilité universelle et contraire à tous les efforts en FALC (Facile à lire et à comprendre).

​Un avis partagé par l’Association pour la prise en compte du handicap dans les politiques publiques (APHPP), qui est également entrée en scène et a saisi l’Association des maires de France pour «demander une intervention législative contre l’utilisation du point médian» dans l’écriture inclusive.

 

Contactés par nos soins, plusieurs élus écologistes ont refusé de répondre à ce sujet, se disant non intéressés ou sans avis sur la question de l’écriture inclusive.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала