Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Arrêtés en possession d’armes, deux agents de la DGSE mis en examen à Paris pour un projet de meurtre

© AFP 2021 MARTIN BUREAUla DGSE
la DGSE - Sputnik France
S'abonner
Deux agents de la DGSE ont été mis en examen à Paris pour tentative d'homicide volontaire suite à leur interpellation en possession d’armes au volant d’un véhicule volé fin juillet, relate Le Parisien. Ils sont soupçonnés d’avoir planifié l'élimination d'une cible en dehors du cadre de leur mission au sein du service de renseignement.

Arrêtés en possession d’armes, deux agents de la DGSE ont été mis en examen à Paris pour un projet de meurtre. Les deux hommes qui circulaient dans une voiture volée en possession de plusieurs armes à feu à Créteil dans la nuit du 23 au 24 juillet se sont avérés être deux agents de la DGSE, relate Le Parisien. 

Direction générale de la sécurité extérieure - Sputnik France
Un agent du renseignement de la DGSE tué au cours d'un entraînement

Leurs identités ont été révélées en garde à vue où ils ont expliqué qu’ils étaient affectés au «service action» de la très confidentielle Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

Mis en examen à Paris pour «tentative d’homicide volontaire», les deux agents sont soupçonnés d’avoir préparé l'élimination d'une cible en dehors du cadre de leur mission au sein de la DGSE, précise le média.

En outre, une source proche de l'enquête citée par Le Parisien confie que le projet des deux agents était «une tentative de règlement de comptes privée et ratée, sur une victime privée».

Les deux suspects, 25 et 28 ans, sont rattachés au centre parachutiste d'entraînement spécialisé de Saran (Loiret) de la DGSE, ajoute le média.

Un troisième homme interpellé

Le 26 juillet, un troisième suspect a été mis en examen pour «tentative d'homicide volontaire en bande organisée», «recel en bande organisée de vol, transport, acquisition, détention d'armes de catégorie B en réunion», chefs d'accusation également imputés aux deux autres agents de la DGSE.

Le parquet de Paris a précisé que les actions de ce type étaient généralement punis de 10 ans d'emprisonnement, relate Le Parisien.

La section antiterroriste (SAT) de la brigade criminelle poursuivra l'enquête.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала