Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Piscine publique suisse interdite aux non-résidents: le maire reste ferme

S'abonner
Le maire de Porrentruy, municipalité suisse qui a fermé sa piscine publique aux non-résidents du pays, a réitéré cette décision controversée, avançant toujours des problèmes d'incivilités à cause de «jeunes réfractaires», souvent issus de la France.

L'entrée de la piscine de Porrentruy, dans le Jura suisse, est toujours interdite, depuis le 30 juillet, aux non-résidents suisses. Cette mesure est expliquée par des raisons sanitaires, face à l’épidémie du Covid-19, mais surtout sécuritaires, la piscine ayant été le théâtre de plusieurs incivilités. Ce sont souvent des «bandes de jeunes» venues de France qui poseraient problème, selon les autorités, relate France Bleu.

Une piscine - Sputnik France
Une piscine publique interdite aux non-résidents fait polémique en Suisse
Malgré la polémique et des indignations suscitées par ce choix, le maire de la commune, Gabriel Voirol, continue de le justifier. «Quand la décision a été prise, on a quand même vérifié auprès d'un spécialiste constitutionnel la légalité de base, et il semblait qu'il n'y avait pas d'impossibilité d'aller dans cette direction-là», explique le maire, cité par France Bleu.

«Il subsiste un doute»

Il a ainsi indirectement répondu notamment à la Jeunesse socialiste jurassienne (JSJ), qui a lancé une pétition contre cette mesure qui «alimente les divisions et attise les débats nauséabonds». Mais aussi au Parti socialiste de Porrentruy, qui a également condamné ces restrictions, estimant qu’«exclure en bloc» était inacceptable.

«Maintenant, on va peut-être se faire taper sur les doigts, mais je dois dire que dans ce genre de situation, je préfère me faire taper sur les doigts, que de devoir prendre mon téléphone pour annoncer à une famille une mauvaise nouvelle, parce que finalement aucune décision n'a été prise», a expliqué le maire.

Selon lui, les incivilités continuent à cause de «jeunes réfractaires», souvent issus de la France voisine, malgré le recrutement de quatre agents supplémentaires.

Dans ce contexte tendu, le canton du Jura a de son côté commandé un rapport pour vérifier la légalité de ces restrictions. Le gouvernement jurassien a saisi le délégué aux affaires communales car «il subsiste un doute».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала