Faut-il suivre un régime vegan strict pour faire baisser la tension artérielle?

© Photo PixabayVegetables
Vegetables - Sputnik France
Une étude préconise une alimentation à base de fruits et légumes pour faire baisser la tension artérielle, notamment le régime DASH. L’efficacité d’une diète vegan, excluant les protéines animales n’est pas avérée.

La suppression de protéines animales d’un régime alimentaire pour faire baisser la tension artérielle n’est pas nécessaire, rapporte une étude de la Warwick Medical School. 

Produits laitiers - Sputnik France
Le régime à suivre pendant les jours chauds proposé par une nutritionniste
Même si un régime à base de plantes (légumes, fruits, graines) est conseillé, la suppression totale de viande n’a pas d’effets prouvés, affirme l’institution dans un communiqué.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont comparé 41 essais cliniques, impliquant 8.416 participants. Les recherches portaient sur sept types de régimes différents, comme le régime vegan, méditerranéen, nordique ou le DASH spécialement conçu pour réduire la tension artérielle.

«Il s'agit d'une découverte importante car elle met en évidence que l'éradication complète des produits animaux n'est pas nécessaire pour produire des réductions et des améliorations de la tension artérielle. Pour l'essentiel, toute transition vers un régime à base de plantes est une bonne chose», explique dans le communiqué Joshua Gibbs, auteur principal de l’étude.

Le régime DASH est le plus approprié

De tous les régimes testés, c’est le régime DASH qui a le plus grand effet sur la diminution de la tension artérielle.

Au supermarché - Sputnik France
Perdre du poids sans faire de régime et en se faisant plaisir? Oui, c’est possible

Les scientifiques soulignent que l'hypertension artérielle est le principal facteur de risque au niveau mondial pour les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. Dans ce cadre, une baisse de la tension artérielle, via un régime approprié, peut entraîner une réduction de 14% des accidents vasculaires cérébraux et de 9% des crises cardiaques.

Les chercheurs expliquent encore que la décision d’un individu d’adopter un régime à base de plantes ne se résume pas à une question sanitaire et que des facteurs socio-économiques (coûts, accès aux produits, etc.) peuvent entrer en jeu.

L’étude a été publiée dans la revue Journal of Hypertension.        

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала