Loukachenko s'exprime sur les grèves en Biélorussie

© Sputnik . Asatur Yesayants / Aller dans la banque de photosAlexandre Loukachenko
Alexandre Loukachenko - Sputnik Afrique
Alexandre Loukachenko s'est exprimé ce samedi 15 août sur les grèves qui touchent certaines entreprises dans un pays en proie à des manifestations depuis la présidentielle du 9 août.

Le Président biélorusse a exposé son point de vue sur les grévistes ce samedi 15 août.

«J'en ai déjà parlé: si quelqu'un veut faire la grève, qu'il la fasse, mais il n'a rien à faire à l'usine», a-t-il déclaré.

Il a ajouté que les chefs d'entreprise doivent avertir leurs employés des conséquences.

«Il ne faut faire pression en aucun cas. Mais il faut leur expliquer que nous n'allons pas nous humilier et nous mettre à genoux devant qui que ce soit. Nous n'en avons pas besoin.»

Selon lui, ces grévistes «veulent perdre leur emploi, mais les entreprises seront aussi perdantes».

«Elles ne pourront pas se redresser. Nous le comprenons bien. C'est pourquoi les chefs d'entreprise doivent se débrouiller avec leur collectif. Il ne faut pas refuser de rencontrer les employés. Il faut aller répondre à leurs questions», a avancé le Président biélorusse.

Il a souligné que le fonctionnement de l'économie était une question primordiale et que les appels à faire la grève avaient été lancés par certains médias.

Grèves et manifestations à l'issue de la présidentielle

Un téléphone - Sputnik Afrique
Manifestations en Biélorussie: Loukachenko s'est entretenu avec Poutine
Des manifestations et des grèves en Biélorussie ont éclaté dès l'annonce des résultats de la présidentielle du 9 août remportée par le Président sortant avec 80,1% des voix selon le comptage officiel.

Les tensions ont été particulièrement violentes dans la capitale Minsk où les manifestants ont érigé des barricades et les forces de l'ordre ont utilisé des gaz lacrymogènes, des canons à eaux, des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc, les premiers jours.

De nombreuses grandes usines ont rejoint le mouvement de contestation post-électorale à Minsk, Grodno et dans d’autres villes.

Selon les données officielles, plus de 6.500 personnes ont été interpellées. Le ministère de l'Intérieur fait état de plusieurs centaines de blessés, dont 103 policiers, et de deux morts. L'un d’entre eux a trouvé la mort en tentant de jeter un explosif artisanal sur les forces de l'ordre, précise le ministère biélorusse de l’Intérieur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала